Paramètres d'accessibilité

taille du texte

Options de couleurs

monochrome couleurs discrètes sombre

Outils de lecture

isolement règle

Illustration: Dominique Mwankumi pour GIJN

Ressource

» Guide

Guide d’enquête sur le crime organisé en Afrique – Introduction

Lire cet article en

Au Mozambique, la découverte d’importants gisements de rubis et de gaz naturel en 2017 était censée être une aubaine pour ce pays pauvre. Mais elle n’a fait que semer le chaos. Pendant des années, des fonctionnaires corrompus ont pillé les ressources publiques. La conjugaison de ce facteur à la propagation du crime organisé a fait le lit de mouvements islamistes, générant une plus grande instabilité, une pauvreté accrue et une augmentation des violations des droits humains.

Le cas du Mozambique n’est qu’un exemple parmi tant d’autres sur le continent. Le terrorisme a transformé des régions entières de ce continent en ce qu’un expert en sécurité en Afrique a appelé, en s’adressant au Conseil de sécurité de l’ONU, des « abattoirs d’êtres humains« . Le crime organisé a engendré une véritable épidémie d’activités illégales, faisant des institutions des complices du pillage en règle des ressources de leurs pays.

Le crime organisé est un phénomène mondial. Mais il touche durement l’Afrique, à cause de la corruption qui y est profondément enracinée et de la“ malédiction des ressources” qui y prévaut. Selon les Nations unies, l’Afrique déplore un manque à gagner annuel qui atteindrait les 89 milliards de dollars en mouvements illicites de capitaux, soit l’équivalent de près de deux fois l’aide financière que ce continent reçoit de la communauté internationale. Cela explique en partie pourquoi, selon la Banque mondiale, huit des 10 pays au monde où l’inégalité est la plus importante se trouvent en Afrique. Dans ces pays, les élites s’enrichissent souvent grâce aux liens qu’elles entretiennent avec toutes sortes de trafiquants, contrebandiers, dealers corrompus et autres intermédiaires. Ces pillages et ce racket font que la plus grande partie de la population est pauvre et désespérée –  un terrain fertile pour les groupes armés et les mouvements rebelles. Ce n’est pas un hasard si c’est l’Afrique qui abrite le plus important groupe affilié à Al-Qaïda, Al-Chabab, tandis que Daech y étend aussi rapidement son influence et gagne du terrain.

Pour toutes ces raisons, l’Afrique connaît un des niveaux de criminalité les plus élevés au monde : elle occupe la deuxième place, après l’Asie, selon l’Indice de la criminalité organisée. Le pillage des ressources, la fraude, le blanchiment d’argent, le trafic d’êtres humains, le braconnage de la faune sauvage, le trafic de stupéfiants et autres délits coûtent chaque année des milliards de dollars aux pays africains. Les puissants cartels de la drogue en Amérique latine profitent de la position stratégique de l’Afrique et de la faiblesse de l’Etat de droit sur ce continent pour acheminer des quantités record de stupéfiants sur les côtes africaines et, de là, en Europe. Dans le même temps, des trafiquants attirent de jeunes Africains dans leurs réseaux de traite d’êtres humains, et des milliers d’entre eux périssent chaque année dans le Sahara ou en Méditerranée.

Nous sommes confrontés à un phénomène qui ne montre aucun signe de ralentissement. En effet, il corrompt même les institutions qui sont censées le combattre. À GIJN, nous sommes fermement convaincus que les journalistes d’investigation ont un rôle crucial de chiens de garde à jouer dans ce domaine, mais ils ne le pourront que s’ils disposent des bons outils. Par conséquent, ce guide a pour objectif d’aider les journalistes d’investigation et autres groupes de contrôle de l’action publique à donner un coup de projecteur sur les différentes formes du crime organisé qui ravagent le continent. Il comporte neuf chapitres consacrés aux meilleurs moyens pour enquêter sur les domaines suivants : la criminalité environnementale ; la criminalité financière ; les kleptocraties africaines ; le trafic d’armes ; le pillage des ressources extractives ; le trafic de drogue ; les groupes armés ; la criminalité en mer ; et un ramassé d’autres crimes tels que le trafic des migrants et des personnes, la cybercriminalité, la contrefaçon (y compris de médicaments), le trafic du tabac ainsi que le pillage des antiquités.

Pour rédiger ce guide, nous avons fait appel à un groupe exceptionnel de journalistes africains chevronnés et experts régionaux, qui s’inspirent de leurs propres travaux et de ceux d’autres spécialistes basés dans toutes les régions du continent. Ce guide est à la fois un tour d’horizon et un manuel pratique, plutôt qu’une encyclopédie. Nous espérons pouvoir étendre le champ de ce travail, à l’occasion d’une seconde édition.

Quelques mots préalables pour définir le crime organisé. Nous avons adopté la définition au sens large utilisée par l’Indice de la criminalité organisée en Afrique : “Toute activité illégale, menée par des groupes ou des réseaux agissant de concert, se servant de la violence, de la corruption ou d’activités connexes afin d’obtenir, directement ou indirectement, un avantage financier ou matériel. Ces activités peuvent être menées aussi bien à l’intérieur d’un pays qu’à l’échelle transnationale.”

Avec une telle définition, il n’est pas exagéré de dire que le crime organisé est présent dans toutes les régions d’Afrique, qu’il soit le fait de gangs locaux ou d’Etats kleptocrates. Ce qui peut nous donner, à nous, journalistes, suffisamment de matière pour une vie entière. Mais il faut savoir par où commencer, et quels outils utiliser. Dans cette optique, nous espérons que ce guide, le premier du genre consacré au continent africain, sera une référence pour les journalistes, où qu’ils se trouvent, pour enquêter là où c’est le plus utile.

Le Guide d’enquête sur le crime organisé en Afrique a été produit par des journalistes de GIJN : Maxime Koami Domegni et Aïssatou Fofana (responsables projet), Nikolia Apostolou, David E. Kaplan, Reed Richardson et Alexa van Sickle (équipe éditoriale). Les illustrations ont été réalisées par Dominique Mwankumi. Smaranda Tolosano a coordonné les traductions. Nous tenons à remercier tout particulièrement tout le personnel de GIJN, qui nous a assistés à de nombreux égards. Pour en savoir plus sur les différents chapitres et leurs auteurs, voir le sommaire ci-dessous. 

Ce guide n’aurait pas vu le jour sans le soutien inappréciable de Global Initiative Against Transnational Organized Crime (GI-TOC), une organisation indépendante de la société civile spécialisée dans la recherche de stratégies nouvelles et innovantes pour lutter contre le crime organisé. 

Ressources additionnelles

Guide de GIJN pour enquêter sur le crime organisé à travers le monde

Webinaire de GIJN : comment enquêter sur le crime organisé en Afrique

L’essor du journalisme d’investigation sur l’environnement en Afrique


Maxime Koami Domegni est le responsable de GIJN pour l’Afrique francophone et un journaliste d’investigation primé. Il a travaillé comme rédacteur en chef du journal togolais L’Alternative et, basé à Dakar, au Sénégal, pour la BBC Africa en tant que journaliste producteur et planificateur de reportages magazines pour l’Afrique francophone.

Ce travail est sous licence (Creative Commons) Licence Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International

Republier gratuitement nos articles, en ligne ou en version imprimée, sous une licence Creative Commons.

Republier cet article

Ce travail est sous licence (Creative Commons) Licence Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International


Material from GIJN’s website is generally available for republication under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International license. Images usually are published under a different license, so we advise you to use alternatives or contact us regarding permission. Here are our full terms for republication. You must credit the author, link to the original story, and name GIJN as the first publisher. For any queries or to send us a courtesy republication note, write to hello@gijn.org.

Lire la suite

Actualités et analyses

Points forts et défis du journalisme d’investigation en Amérique latine : « Nous faisons chauffer nos moteurs »

Du Mexique au Brésil, du Costa Rica au Chili, en passant par le Pérou, toute cette semaine, GIJN met un coup de projecteur sur le journalisme d’investigation en Amérique latine. À travers des focus sur des enquêtes phare de la région, des interviews de journalistes d’investigation de cette zone ou encore les retours de quelques uns des 25 membres de GIJN actifs dans la région, plongez dans un panorama complet sur le journalisme d’investigation latino-américain, ses spécificités, ses points forts, ses défis et ses perspectives d’avenir.

Fiche Conseils Actualités et analyses Enquêter sur les institutions Études de cas Méthodologie Outils et conseils pour enquêter Techniques d'enquête

Guide pour enquêter sur les sujets liés au handicap – Version courte

Les personnes handicapées constituent le plus grand groupe minoritaire intersectionnel, selon les Nations unies, et pratiquement tous les sujets d’enquête ont un angle lié au handicap.

Actualités et analyses Liberté de la Presse Profils des membres

Comment un groupe de journalistes basés à Paris sauvent des enquêtes de l’oubli

À l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse, ce 3 mai 2024, GIJN dresse le profil d’un de ses membres : Forbidden Stories. Fondé en 2017, le projet à but non lucratif vise à reprendre des enquêtes mises au placard en raison de menaces ou de violences afin d’envoyer le message : « Tuer le journaliste ne tue pas l’histoire ».

data journalism missing piece mistake

Actualités et analyses Climat Data journalisme

Leçons apprises : 10 erreurs courantes dans le data-journalisme

Riches retours d’expériences. GIJN a demandé à des data-journalistes à travers le monde quelles étaient les lacunes en matière de data-journalisme qu’ils constataient et quels étaient les sujets peu couverts que les salles de presse pouvaient aborder.