Paramètres d'accessibilité

taille du texte

Options de couleurs

monochrome couleurs discrètes sombre

Outils de lecture

isolement règle

Des méthodes sont à la disposition des journalistes pour consulter gratuitement les publications scientifiques

Articles

Thématiques

8 méthodes pour consulter gratuitement les publications scientifiques et universitaires

Lire cet article en

Des méthodes sont à la disposition des journalistes pour consulter gratuitement les publications scientifiques

Dans cet article, vous découvrirez huit méthodes destinées aux journalistes pour consulter gratuitement les publications scientifiques et universitaires.

Note de la rédaction : Cette fiche de conseils, sur les différentes manières dont les journalistes peuvent consulter gratuitement les publications scientifiques et universitaires, a été publiée pour la première fois en septembre 2018 et a été mise à jour depuis. Initialement publiée par The Journalist’s Resource, elle est reproduite ici avec son autorisation.

Nous qui travaillons pour The Journalist’s Resource, nous apprécions beaucoup les publications scientifiques, en particulier celles qui ont été validées par un comité de lecture . Nous savons que les travaux de recherche constituent un outil des plus précieux pour les journalistes, pour la couverture des questions de politique générale et la vérification des faits.

Hélas, les journalistes ont souvent du mal à avoir accès aux travaux publiés dans les revues scientifiques. En effet, un grand nombre de ces revues proposent un accès payant aux publications des chercheurs, et les abonnements peuvent être trop onéreux pour les rédactions en général et les budgets des journalistes en particulier. Par exemple, l’abonnement à la revue américaine Proceedings of the National Academy of Sciences, publiée par la National Academy of Sciences, coûte plus de 200 dollars par an pour une personne, et pour son unique usage personnel. On dénombre des milliers de revues scientifiques dans le monde.

Les journalistes débrouillards peuvent cependant utiliser d’autres moyens pour accéder à ces publications. Nous vous en livrons huit ci- dessous.

1. Allez à la bibliothèque

Les bibliothèques publiques sont souvent abonnées aux revues scientifiques, et il suffit d’avoir une carte de lecteur pour pouvoir les consulter. La bonne nouvelle, pour les journalistes trop occupés pour se déplacer, c’est que certaines bibliothèques autorisent leurs usagers à consulter en ligne des bases de données d’articles scientifiques revus par un comité de lecture.

Aux Etats-Unis, les instituts d’enseignement supérieur et les universités proposent ainsi un accès en ligne aux revues scientifiques, par le biais de leurs bibliothèques. Les bibliothèques universitaires sont ouvertes à tous. Souvent, les instituts privés offrent aussi à leurs anciens étudiants un accès gratuit à leurs ressources.

2. Demandez un compte gratuit aux revues scientifiques

Beaucoup de revues scientifiques parmi les plus lues permettent un accès gratuit aux journalistes, même si certaines limitent leur offre aux seuls journalistes spécialisés dans des sujets ou domaines particuliers. L’American Economic Association (AEA), par exemple, propose un accès gratuit aux journalistes, et ce pour ses huit revues, dont l’American Economic Review. Vous pouvez faire une demande d’ouverture de compte sur la page de l’association réservée aux médias.

“Je pense que beaucoup de gens ne le savent pas, et c’est un message que nous voulons faire passer”, indique Chris Fleisher, rédacteur en chef web de l’AEA. “Nous voulons que les journalistes sachent qu’ils peuvent avoir accès à nos revues s’ils le souhaitent.”

A noter qu’un grand nombre de revues scientifiques diffusent des articles sous embargo auprès des journalistes et les préviennent quand elles publient de nouvelles études sur leur sujet de prédilection. Contactez la revue qui vous intéresse pour en savoir plus.

3. Faites vos recherches sur les sites des revues scientifiques et des plateformes scientifiques en libre accès

Un nombre croissant de revues savantes qui sont en libre accès mettent leur contenu gratuitement à la disposition de tous. Notez qu’il y a certes beaucoup de revues scientifiques de qualité en libre accès, mais que certaines ont des pratiques peu éthiques. Le Directory of Open Access Journals (Annuaire des revues scientifiques en libre accès) recense les revues scientifiques de qualité en libre accès.

Parmi les meilleures revues scientifiques en libre accès, on compte PLOS One, qui est la première revue scientifique pluridisciplinaire en libre accès, et BMC Biology.

Plusieurs plateformes en ligne permettent aussi au grand public d’avoir accès à des recherches scientifiques gratuitement. Par exemple, Unpaywall.org est une base de données gratuite de près de 48 millions d’articles publiés par les chercheurs et qui sont gratuits

4. Consultez Google Scholar

Google Scholar est un moteur de recherche qui indexe les travaux scientifiques publiés par différentes sources. Souvent, Google Scholar propose la version PDF d’articles publiés par les chercheurs. Toutefois, certains PDF correspondent à des versions antérieures d’un article, notamment des ébauches qui n’ont été ni publiées, ni revues par un comité de lecture.

Ces versions antérieures peuvent certes être utiles, mais il est important de contacter leur auteur avant d’utiliser ses conclusions. En effet, les conclusions mises en avant dans un document de travail sont provisoires et peuvent être très différentes de celles qui figureront dans la version définitive, publiée dans un article de revue scientifique. (Pour mieux comprendre la différence entre un document de travail et un article publié dans une revue scientifique, reportez-vous à notre explicatif.)

5. Installez des extensions de navigateur

Certaines extensions de navigateur peuvent vous aider à chercher sur le web des versions gratuites d’articles publiés dans des revues scientifiques. L’extension de navigateur Unpaywall recueille les contenus de plus de 50 000 revues scientifiques et les archives en libre accès dans le monde. Il suffit de cliquer sur le bouton Open Access (Libre Accès) pour effectuer des recherches dans des “millions d’articles” dans des sources qui comprennent “toutes les archives réunies du monde, les articles hybrides, les revues scientifiques en libre accès et les publications qui se trouvent sur les pages personnelles des auteurs”, selon son site.

Si le bouton Open Access ne trouve pas de versions gratuites des articles que vous recherchez, il contactera les auteurs et leur demandera de partager leurs travaux en les mettant dans une archive en libre accès.

6. Contactez les auteurs de la publication scientifique

Si vous souhaitez lire un article donné dans une revue scientifique, mais que vous ne trouvez que son résumé en ligne, appelez les auteurs ou envoyez-leur un email pour leur demander l’article en version intégrale. Les résumés publiés par les revues scientifiques comprennent généralement les coordonnées des auteurs ou, à tout le moins, l’adresse mail de l’auteur principal.

En général, les chercheurs sont tout à fait disposés à envoyer leurs articles aux journalistes. Si un chercheur vous envoie une version d’un article avant publication dans une revue scientifique, veillez à lui demander en quoi elle diffère de la version publiée, et si les conclusions sont les mêmes.

Autre option : les chercheurs publient souvent sur leurs pages personnelles des liens vers leurs recherches. Ceux qui travaillent dans des instituts ou des universités ont tendance à indiquer la liste de leurs publications sur le site même de l’institution.

7. Appelez le bureau des relations avec les médias

Le service des relations médias d’une université ou d’un organisme de recherche peut vous aider à retrouver un article publié par l’un de ses chercheurs. Il peut aussi vous aider à contacter les auteurs.

Principal inconvénient : les services des relations médias sont certes sensibles aux délais impartis aux rédactions, mais il est possible qu’ils soient sollicités par beaucoup de journalistes au même moment. Il est souvent plus rapide et plus facile de contacter les auteurs directement. Si vous avez du mal à obtenir une réponse de leur part, les services des relations médias sont généralement disposés à les relancer.

Les universités envoient aussi des communiqués de presse pour promouvoir les articles de leurs chercheurs. Demandez-leur de vous prévenir dès qu’un article sur les sujets qui vous intéressent est publié.

8. Abonnez-vous aux newsletters et aux communiqués de presse des organismes de recherche qui font la promotion des travaux de leurs chercheurs

Vous pouvez aussi obtenir rapidement des informations sur les nouvelles publications d’un grand nombre d’organismes de recherche en souscrivant un abonnement auprès d’organisations comme Futurity et EurekAlert!

Futurity est un partenariat entre 47 universités aux USA, au Canada, en Europe, en Asie et en Australie. Il met en exergue le travail réalisé par des chercheurs dans quatre domaines : culture, santé, environnement et science.

EurekAlert! est une plateforme de distribution de communiqués de presse gérée par l’American Association for the Advancement of Science (Association américaine pour la promotion de la science). Elle héberge des communiqués de presse provenant de l’enseignement supérieur, d’organismes publics, d’éditeurs de revues scientifiques, de grandes sociétés et d’autres structures actives de la recherche scientifique dans tous les domaines.

Resources complémentaires

L’essor international des centres universitaires dédiés au journalisme d’investigation

Des journalistes primés s’associent à des étudiants pour réaliser des enquêtes (en anglais)

Comment former des étudiants au journalisme d’investigation en seulement 15 semaines (en anglais)


Denise-Marie Ordway a rejoint The Journalist’s Resource en 2015 après avoir travaillé comme reporter pour des journaux et des stations de radio aux États-Unis et en Amérique centrale, notamment pour le Orlando Sentinel et le Philadelphia Inquirer. Son travail a également été publié dans des publications telles que USA TODAY, le New York Times, le Chicago Tribune et le Washington Post.

Ce travail est sous licence (Creative Commons) Licence Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International

Republier gratuitement nos articles, en ligne ou en version imprimée, sous une licence Creative Commons.

Republier cet article

Ce travail est sous licence (Creative Commons) Licence Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International


Material from GIJN’s website is generally available for republication under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International license. Images usually are published under a different license, so we advise you to use alternatives or contact us regarding permission. Here are our full terms for republication. You must credit the author, link to the original story, and name GIJN as the first publisher. For any queries or to send us a courtesy republication note, write to hello@gijn.org.

Lire la suite

Actualités et analyses Liberté de la Presse Profils des membres

Comment un groupe de journalistes basés à Paris sauvent des enquêtes de l’oubli

À l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse, ce 3 mai 2024, GIJN dresse le profil d’un de ses membres : Forbidden Stories. Fondé en 2017, le projet à but non lucratif vise à reprendre des enquêtes mises au placard en raison de menaces ou de violences afin d’envoyer le message : « Tuer le journaliste ne tue pas l’histoire ».

Actualités et analyses Outils et conseils pour enquêter

Couvrir une élection : conseils par – et pour – des femmes journalistes

À l’occasion de la Journée internationale de la femme et d’une année 2024 potentiellement tumultueuse sur le plan électoral (quatre milliards de personnes dans plus de 50 pays sont appelées à voter cette année), GIJN s’est entretenu avec des femmes journalistes d’investigation du monde entier pour connaître leurs meilleures pratiques en matière de couverture des élections.

Actualités et analyses Bourses et Subventions

Bourses et subventions : conseils d’un initié pour réussir sa demande

La rédaction d’une demande de subvention ou de bourse fait désormais partie du travail de nombreux journalistes. Pourtant, l’exercice est « à la fois incroyablement facile et incroyablement difficile », selon Timothy Large, responsable de programme IJ4EU à l’International Press Institute (IPI). Dans cet article, adapté d’une présentation faite à Dataharvest 2023, lui qui est habitué à examiner des demandes de subventions au sein de jurys, livre ses réflexions et ses conseils.