Paramètres d'accessibilité

taille du texte

Options de couleurs

monochrome couleurs discrètes sombre

Outils de lecture

isolement règle
Researching Corporations
Researching Corporations

Image: Shutterstock

Anglais

Photo: Mike Kononov sur Unsplash

De nombreuses techniques existent pour empêcher de retrouver la trace des véritables propriétaires d’une entreprise. Les sociétés écran, par exemple, sont créées dans cet objectif: dissimuler les vrais bénéficiaires d’une entreprise. 

Heureusement, il existe également de nombreuses méthodes pour enquêter sur des entreprises, savoir à qui elles appartiennent vraiment, quelles sont leurs activités et plus encore. À ces fins, diverses ressources peuvent vous être utiles:

  • des bases de données en libre accès
  • des bases de données payantes
  • des archives officielles
  • les sites web des entreprises
  • les archives judiciaires
  • des recherches sur le net
  • les réseaux sociaux

Les ressources internationales gratuites

Il existe de nombreuses organisations à but non lucratif qui recensent les documents que les entreprises doivent fournir aux États. 

OpenCorporates est une base de données open data contenant des informations sur plus de 150 millions d’entreprises. Les documents contenus dans la base de donnée proviennent des registres nationaux sur les entreprises et les sociétés. OpenCorporates peut fournir des informations sur la date de création d’une entreprise, l’adresse où elle domiciliée et le nom de ses directeurs généraux. La base de données peut également révéler des connexions existant entre différentes sociétés et développe en parallèle une autre base de données sur les événements organisés par les entreprises. Vous pouvez suivre leur blog pour connaître les dernières actualités et découvrir des exemples montrant comment les médias utilisent OpenCorporates. Les journalistes, les ONG et les universitaires peuvent bénéficier d’une clé API gratuite pour des recherches d’intérêt général. 

Investigative Dashboard est financé par le Projet d’enquête sur le crime organisé et la corruption (OCCRP) et possède des millions d’éléments intéressants provenant de bases de données du monde entier. Vous pouvez rechercher des documents ici (cliquez sur “rechercher” pour connaître les options de recherches avancées). Vous trouverez également un guide des registres de société dans 38 pays. Il fait partie d’un plus large catalogue de bases de données de 226 million d’archives publiques et de sauvegardes de fuites de données telles que les Panama Papers ou encore les cables diplomatiques de WikiLeaks. Toutes les bases de données ne sont pas accessibles par tous mais les journalistes qui acceptent de s’inscrire peuvent les consulter librement. Vous pouvez également demander à être assistés dans votre recherche gratuitement, y compris pour consulter les bases de données commerciales auxquelles OCCRP est abonné. Vous trouverez ici une bonne introduction pour vous aider. Vous pouvez également lire l’article de GIJN donnant 7 conseils pour utiliser cette base de donnée comme par exemple la possibilité de créer une alerte pour être toujours averti des nouveaux éléments intégrés sur les individus et les entreprises sur lesquelles vous enquêtez. Si vous désirez lire davantage de conseils, vous pouvez aussi lire le Manuel pour les utilisateurs ou l’article d‘Elastic sur les recherches les plus efficaces.

La base de données d’ICIJ, (le Consortium international des journalistes d’investigation) regroupe 785.000 documents sur des sociétés offshores. On peut chercher dans la base de données par noms, entreprises et adresses connectées à des entités offshore, des pays ou des juridictions. Les enquêtes d’ICIJ faites à partir des Panama Papers peuvent également être une source d’inspiration. Vous pouvez aussi lire: Derrière Panama: déverrouiller les juridictions secrètes internationales. Ne manquez pas non plus ces trois conseils pour utiliser leur base de données.  

Autre ressource précieuse, le guide sur les propriétaires véritables des entreprises de 23 pays, qui montre quelles étapes suivre pour identifier le propriétaire bénéficiaire et les autres parties liées.

Panjiva est une base de données sur les importations et les exportations gratuite pour les journalistes assez didactique. Attention: les marques ont le droit de choisir si leurs documents sont publics ou non. Le registre contient des données sur les entreprises de États-Unis, de Chine,dl’Inde et d’Amérique du Sud. 

Sources commerciales

Il existe de nombreuses bases de données privées sur les entreprises. La majorité du temps, un abonnement est nécessaire pour avoir accès aux informations les plus précieuses. Cependant, il est parfois possible d’y accéder à travers les bibliothèques publiques et universitaires.

Payer pour avoir accès à une base de données commerciale peut valoir la peine. Par ailleurs, sachez que certaines entreprises proposent des tarifs réduits pour les journalistes. 

D&B Hoovers est une base de données historique. Son site gratuit offre des capsules de descriptions sur des milliers d’entreprises basées aux États-Unis et à l’étranger. Des descriptions plus détaillées sont disponibles à travers le service d’abonnement Nexis.

D’autres entreprises proposent le même type de services: Arachnys, ORBIS, Bureau van Dijk, Bloomberg, PrivCo (sur les entreprises américaines), Thomson Reuters, LexisNexis et DueDil.  

Image: Capture d’écran des informations fournies par l’entreprise Sayari

Sayari est une entreprise de recherche qui a lancé en 2018 une base de données multi-facettes couvrant « des marchés émergents, frontaliers et offshore ». L’abonnement coûte $1.000 par mois mais vous pouvez avoir accès à un essai gratuit de 30 jours et l’entreprise se dit très intéressée par le fait de travailler avec des journalistes. 

La liste des fournisseurs de données payants est longue. Une manière de savoir quelles informations vous pourriez obtenir est de consulter les sites webs des bibliothèques des universités d’économie et d’affaires.

L’université d’affaires de Harvard possède ainsi une énorme collection et bien que son contenu soit inaccessible au public, le catalogue en ligne peut vous permettre de découvrir à quelles ressources vous pourriez avoir accès.

Les registres officiels des gouvernements

Dans de nombreux États, les entreprises ont l’obligation de s’inscrire officiellement, bien qu’elles ne déclarent souvent qu’une quantité minimale d’informations, souvent trompeuses.  

Voilà où vous pouvez trouver ces registres nationaux autour du globe: 

Ressources sur les grandes puissances économiques

États-Unis

La Commission des valeurs immobilières possède des informations sur les entreprises sur son système EDGAR. Ce système numérique est utilisé par toutes les entreprises cotées en bourse pour déclarer leurs chiffres trimestriels et annuels. Toutes les entreprises non américaines enregistrées à la bourse des États-Unis – y compris les entreprises de Chine, de Russie et de l’Union Européenne – doivent remplir ici leur rapport d’activités internationales. C’est pour cette raison qu’EDGAR est une source majeure pour les journalistes enquêtant sur les entreprises de toute la planète. 

Vous pouvez commencer par consulter son rapport d’activité annuel, le formulaire 10-K, qui fournit une historique détaillé sur les entreprises, les comptes annuels contrôlés, la rémunération des dirigeants, une description des produits et des services et une revue annuelle de l’organisation, de ses opérations et des marchés dans laquelle l’entreprise opère. Le formulaire 10-Q est un rapport trimestriel incluant les comptes annuels non contrôlés et des informations sur les opérations d’une entreprise pendant les trois mois antérieurs. Le formulaire 8-K donnent des informations sur des évènement spécifiques tels que les banqueroutes, la disposition des actifs, les départs des cadres dirigeants et d’autres évènements importants pour les investisseurs. 

Les dossiers d’investissement des entreprises sont également dans EDGAR. Le formulaire SEC 497 est utilisé pas les sociétés d’investissement. Les Déclarations sur les Informations Additionnelles (SAI) donnent également des informations sur les fonds de placement. EDGAR  tient également une liste annuelle des Entreprises Internationales Enregistrées, les entreprises appartenant à des citoyens étrangers qui doivent remplir des rapports périodiques aux États-Unis. Pour plus de détails, vous pouvez consulter le Guide EDGAR. 

De nombreuses entreprises sont basées dans l’État du Delaware, donc il peut être pertinent de commencer vos recherches est le Département des Entreprises du Delaware. Aucune donnée n’est collectée sur les bénéficiaires, comme l’explique cet article de Transparency International.

L’Association des Secrétaires d’État peut vous rediriger vers tous les sites officiels américains (recherchez: “services des affaires en ligne » après avoir sélectionné un État). Vous trouverez alors des liens vers des lieux tels que le Moteur de recherche des entreprises de Californie et la base de données des entreprises de New York. À travers ces registres, vous pouvez trouver la date d’enregistrement d’une entreprise, l’adresse où elle est enregistrée et le nom de ses directeurs et de ses responsables. 

L’université LLC et Coordinated  Legal Tech tiennent également des bases de données sur les lieux où trouver des informations sur une entreprise aux États-Unis.

Panjiva est une base de données sur les exportations gratuite pour les journalistes. Attention, les entreprises peuvent choisir si elles souhaitent rendre leurs informations publiques.  

Vous pouvez également trouver les entrepreneurs des États-Unis ici.

Royaume-Uni

Companies House est gratuit et fournit des informations sur les entreprises, y compris: 

  • L’adresse de domiciliation et la date d’incorporation
  • Les directeurs actuels et antérieurs
  • Images d’archives
  • Données sur les emprunts et hypothèques
  • Noms antérieurs de l’entreprise
  • Informations sur l’insolvabilité
Canada

SEDAR est le site recensant les déclarations publiques des entreprises. Il a été créé en janvier 1997.

France

Infogreffe — Registre du commerce et des entreprises – Registre des tribunaux de commerce fournit des informations gratuites sur les entreprises françaises. 

Allemagne

Company Register permet de faire des recherches dans plusieurs langues mais certains documents sont payants.  

Chine

Vous pouvez avoir accès au système national d’information sur le crédit aux entreprises ici. Attention, tout le contenu est en chinois. China Checkup a rédigé une description de ce qui vous pouvez trouver dans ce registre.

Un exemple: l’ONG américaine C4ADS a utilisé des archives commerciales chinoises dans un rapport sur le système nord-coréen pour soutenir le développement de ses armes. C4ADS note: «Le dépôt par le registre du commerce chinois de Dandong Hongri Diandang Co Ltd. montre clairement son statut d’entreprise commune entre DHID et Dandong Kehua Economic Trade Co Ltd.»

Autres sources

Des recherches en ligne sur les sites web des entreprises et sur les réseaux sociaux donnent également une foule d’informations. Quelques suggestions récurrentes d’enquêteurs professionnels:

  • Recherchez tous les dirigeants d’une entreprise. Découvrez comment faire dans le guide: « Trouver des anciens employés », présenté lors de la conférence de GIJN de 2017.
  • Utilisez LinkedIn pour enquêter. Dans à la recherche avancée, le menu permet aux utilisateurs de choisir entre les anciens employés d’une entreprise et les employés actuels. Consultez les pages de l’entreprise ou du groupe industriel sur lequel vous enquêtez.
  • Lorsque vous recherchez des articles dans les médias, concentrez-vous sur la presse spécialisée et la presse financières. Pour les trouver, consultez le répertoire des périodiques d’Ulrich.
  • Recherchez l’adresse et le numéro de téléphone d’une entreprise. Vérifiez ensuite à travers des cartes de vérification et des images de Google Street View pour avoir pour plus d’informations.
  • La philanthropie corporative peut également vous donner accès à des informations. Aux États-Unis, vous pouvez consulter CitizenAudit, Nonprofit Explorer et Guidestar de Propublica. Au Royaume-Uni, vous pouvez vous plonger dans Open Charities, CharityBase et le registre des organisations de bienfaisance tenu par le gouvernement.
  • Contactez les ONG, telles que les organisations militant contre la pollution ou la traite des êtres humains, pour avoir accès à leurs informations. Violation Tracker est un moteur de recherche américain recensant les comportements répréhensibles des entreprises aux États-Unis.
  • Pensez aux associations professionnelles pour en savoir plus sur les activités d’une entreprise dans ce contexte. 

Autres ressources officielles

Tous les points d’intersection entre les gouvernements et le secteur commercial peuvent potentiellement générer un document officiel.

Voilà d’autres domaines dans lesquels les entreprises pourraient avoir affaire aux gouvernements:

  • Propriétés terriennes – Noms et descriptions
  • Développement immobilier – Permis de construire et zonage
  • Régulations environnementales – Permis de décharge, rapports sur les émissions et mesures d’application
  • Règlementations professionnelles – Inscriptions professionnelles et conflits du travail
  • Archives judiciaires  – Litiges
  • Régulations financières – Dépôts ou exécution
  • Propriété intellectuelle – Brevets et marques déposées
  • Contrats publics – archives des enchères et des récompenses
  • Subventions gouvernementales – Archives des paiements
  • Donations politiques – Contributions aux autorités
  • Inscriptions au registre des lobbys – Conflits d’intérêts

Enquêter sur le secteur dans lequel la société opère peut également mener à la découverte d’informations intéressantes.

Par exemple, Open Oil dispose d’une base de données de plus de 2 millions de documents publics déposés par les sociétés pétrolières, gazières et minières auprès des autorités de réglementation financière du monde entier.

Transparency International dispose d’un outil pour consulter les données financières accessibles au public des 20 plus grandes banques européennes. Vous pouvez également examiner leur Indice d’engagement politique des entreprises de 2018.

Les dossiers des tribunaux peuvent être d’une valeur inestimable. PACER, par exemple, détient les archives électroniques du système judiciaire fédéral américain, y compris la Cour suprême, les tribunaux d’appel et de district et les tribunaux américains jugeant les faillites.

Déterminez quelles lois et quels règlements régulent le commerce et quels documents il est obligatoire de fournir. Ces connexions varient considérablement selon les lieux et le type d’entreprise, mais peuvent vous fournir des pistes. Certaines actions officielles, ou demandes d’action officielle, peuvent être reflétées dans les publications gouvernementales. En Europe, vous pouvez ainsi consulter les Open Gazettes, qui offrent un accès très pratique aux gazettes européennes.

Guides pour les journalistes

Il existe une quantité considérable de ressources en ligne expliquant comment enquêter sur des sociétés et comprendre les finances de l’entreprise. En voici quelques exemples:

Le Guide de la recherche stratégique en entreprise de Dirt Diggers Digest, rédigé par Philip Mattera, directeur du Projet de Recherche sur les Entreprise aux États-Unis. Il date de 2014, mais il est réellement exhaustif et compréhensible.

Comment suivre l’argent: conseils pour les enquêtes transfrontalières est un guide de GIJN réalisé à partir d’une interview avec la rédactrice en chef d’OCCRP, Miranda Patrucic. Un extrait:


GIJN: Quel est votre premier automatisme lorsque vous enquêtez sur l’état financier d’une entreprise?

Miranda Patrucic: je me pose trois questions:

  • Que contient le bilan et comment l’on-t-il obtenu?
  • D’où vient l’argent?
  • Qu’y a-t-il dans les notes de bas de page?

Miranda Patrucic a également donné des conseils précieux pour comprendre des documents financiers lors de la conférence GIJC17. 

Pendant IJAsia18, elle a présenté un guide pour enquêter sur le crime d’entreprise, les escroqueries fiscales et les actes de corruption.

Vous pouvez consulter: « Comprendre les comptes d’une entreprise » et « Enquêter sur les entreprises: un manuel DIY », publié par le groupe britannique Corporate Watch.

Cet article de GIJN, « Comment les meilleures rédactions de Chine obtiennent des informations », a été rédigé par Huang Chen, éditeur de données Caixin Media, basé à Pékin.

Le « Guide des journalistes d’investigation » – Deuxième édition, de Raj Bairoliya – est «destiné aux débutants» et est disponible à travers le Centre pour le journalisme d’investigation au Royaume-Uni.

« Trouver et comprendre un bilan: principes de base de la comptabilité pour les journalistes », est un article de David Trilling dans Journalist’s Resource par le Centre Shorenstein.

« Qui dirige l’entreprise? » est un guide sur la gouvernance d’entreprise, publié par le Forum mondial sur la gouvernance d’entreprise de la Banque mondiale et le Centre international des journalistes. C’est un rapport très complet publié en 2012 possédant de nombreux conseils et ressources. 

Le journaliste canadien David Milstead a présenté « Drapeaux rouges et trésors cachés dans les documents financiers » lors de la conférence Investigative and reporters editors (IRE) 2018.

Jo Craven McGinty, qui écrit la chronique « Les Chiffres » pour le Wall Street Journal, a passé en revue les recherches sous-jacentes à un certain nombre d’enquêtes d’envergure lors de la conférence IRE de 2018 .

Kelly Carr, journaliste d’investigation freelance et collaboratrice principale chez Quinlan Partners, société d’investigation privée agréée, a expliqué comment enquêter sur des sociétés écrans au cours de la conférence IRE 2018 . 

Plus de ressources de GIJN:


Ce guide a été élaboré par Toby McIntosh, director du centre de ressources de GIJN. Il a été journaliste pour Bloomberg BNA pendant 39 ans et rédacteur en chef de FreedomInfo.org, une organisation à but non lucratif sur l’accès à l’information publique. Il tient également un blog, eyeonglobaltransparency.net.

Ce travail est sous licence (Creative Commons) Licence Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International

Republier gratuitement nos articles, en ligne ou en version imprimée, sous une licence Creative Commons.

Republier cet article

Ce travail est sous licence (Creative Commons) Licence Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International


Material from GIJN’s website is generally available for republication under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International license. Images usually are published under a different license, so we advise you to use alternatives or contact us regarding permission. Here are our full terms for republication. You must credit the author, link to the original story, and name GIJN as the first publisher. For any queries or to send us a courtesy republication note, write to hello@gijn.org.

Lire la suite

Actualités et analyses Bourses et Subventions

Bourses et subventions : conseils d’un initié pour réussir sa demande

La rédaction d’une demande de subvention ou de bourse fait désormais partie du travail de nombreux journalistes. Pourtant, l’exercice est « à la fois incroyablement facile et incroyablement difficile », selon Timothy Large, responsable de programme IJ4EU à l’International Press Institute (IPI). Dans cet article, adapté d’une présentation faite à Dataharvest 2023, lui qui est habitué à examiner des demandes de subventions au sein de jurys, livre ses réflexions et ses conseils.

Invetigative Agenda for Climate Change Journalism

Actualités et analyses Climat

Comment améliorer le journalisme d’investigation climatique

La détérioration du climat pourrait être ralentie, pourtant elle s’accélère. Qui est responsable ? Lors de #GIJC23, GIJN a réuni des dizaines de journalistes et de spécialistes du changement climatique venus de 35 pays. Cet article est un résumé de cette rencontre en attendant le webinaire du 6 février 2024 (gratuit mais sur inscription) intitulé « Comment améliorer le journalisme d’investigation climatique ».