Paramètres d'accessibilité

taille du texte

Options de couleurs

monochrome couleurs discrètes sombre

Outils de lecture

isolement règle

Image: Courtesy of Inhlase Centre for Investigative Journalism

Articles

Thématiques

Surmonter les défis du journalisme d’investigation en Afrique Australe

Lire cet article en

Inhlase Centre for IJ team

Les journalistes Vuyisile Hlatshwayo (à gauche) et Nimrod Mabuza (à droite) du Centre Inhlase pour le journalisme d’investigation de l’Eswatini, en compagnie de Zwelethu Dlamini, membre de l’IJHub. Image : Avec l’aimable autorisation du Centre Inhlase.

Au lendemain de sa libération de la prison de haute sécurité de Chikurubi en novembre 2020, le journaliste zimbabwéen Hopewell Chin’ono s’est exprimé sur les raisons pour lesquelles il a été pris pour cible, lors d’un entretien avec l’Agence France-Presse. « Le régime de Mnangagwa et le gouvernement ne voulaient pas que la corruption soit exposée, en particulier lorsqu’elle impliquait la famille du président », a-t-il déclaré, en faisant référence au président zimbabwéen. « Je n’arrêterai pas de dénoncer la corruption. Une fois que nous aurons cessé de dénoncer la corruption, nous aurons cessé de faire du journalisme.»

Ces sentiments sont partagés par les journalistes d’investigation du monde entier. Mais les journalistes d’investigation de la région la plus méridionale du continent africain – en particulier ceux de l’Eswatini, du Lesotho, du Malawi, du Mozambique et du Zimbabwe – sont aujourd’hui confrontés à l’une des périodes les plus difficiles de leur carrière en raison d’obstacles politiques et autoritaires. Ces obstacles comprennent la crainte de représailles pour avoir dénoncé les personnes au pouvoir, le harcèlement, la torture et les menaces de mort, les journalistes traités comme des espions et des terroristes, la surveillance accrue, le manque d’accès à l’information et le manque de soutien financier. Même les pays de la région mieux classés en matière de liberté de la presse, comme l’Afrique du Sud, la Namibie et le Botswana, ont été confrontés à de nouveaux obstacles en matière de responsabilité.

UNESCO Report on Southern Africa Press Freedom

Image : Capture d’écran

« La sécurité des journalistes et des travailleurs des médias continue d’être un énorme défi, avec des rapports de plus en plus nombreux d’attaques telles que des arrestations et des détentions arbitraires, des emprisonnements, des agressions physiques, des amendes paralysantes, l’introduction de lois contraires à la liberté d’expression et même des meurtres », a conclu l’état de la liberté de la presse en Afrique australe, 2019-2020, un rapport soutenu par l’UNESCO et réalisé par l’Institut des médias d’Afrique australe (MISA). Il a également constaté une pléthore de nouvelles lois et pratiques oppressives mises en place dans toute la région qui ont servi à restreindre la presse : « Le paysage et l’environnement opérationnel des médias en Afrique australe ont été caractérisés par des bouleversements, accentués par la pandémie de la COVID-19 et l’avènement de l’ère numérique, qui ont menacé la viabilité et la durabilité des médias. »

Défis financiers

L’Afrique australe est une vaste région, de la taille de l’Inde, qui compte plus de 130 millions d’habitants. Abritant un nombre impressionnant de langues et d’ethnies, elle s’étend des centres industriels d’Afrique du Sud au Mozambique, plus pauvre et lusophone, en passant par les petits royaumes enclavés d’Eswatini (anciennement Swaziland) et du Lesotho. Bien que riche en ressources, la région est confrontée à des problèmes persistants de pauvreté, de corruption et de développement.

Les économies faibles et peu performantes ont réduit les possibilités de financement pour de nombreuses salles de presse de la région, et la pandémie n’a fait qu’aggraver le problème des ressources.

« La COVID-19 a fait peser une menace sur les problèmes de durabilité et de viabilité déjà existants auxquels sont confrontés les médias », conclut le MISA, dans son rapport de 2021. « La pandémie a entraîné une réduction significative des budgets en raison de l’effondrement des recettes publicitaires, ainsi qu’une augmentation des coûts de production, ce qui a provoqué plusieurs licenciements de journalistes et d’employés des médias. »

Blessed Mhlanga, journaliste d’investigation zimbabwéen primé, a pu constater cet effet en personne. « Au Zimbabwe, les salles de rédaction sont actuellement très réduites et ne disposent pas des effectifs nécessaires pour permettre à quelqu’un de faire du journalisme d’investigation », explique-t-il. « Le journalisme d’investigation ne se fait pas en un jour ou deux. Il faut du temps et les ressources nécessaires. Les reportages d’investigation que vous pouvez voir aujourd’hui sont financés par des organisations à but non lucratif.

Les journalistes d’investigation du Lesotho sont également confrontés à des problèmes de financement. « Nous devons nous débrouiller avec des ressources minimales qui ne sont pas comparables au travail effectué ou aux salaires de nos collègues dans d’autres pays », explique Sechaba Mokhethi, partenaire fondateur du Centre MNN pour le journalisme d’investigation. « Cela nous pousse à trouver d’autres ressources en demandant de petites subventions pour des articles ou en créant de petites entreprises. Le fait d’être contraint d’effectuer des tâches non rédactionnelles, telles que les demandes de subventions et les créations d’entreprises, éloigne les journalistes d’investigation de leur travail principal, à savoir la recherche d’informations dans l’intérêt du public. Cet effet est devenu de plus en plus courant pour les reporters du Botswana, du Zimbabwe, du Malawi, de l’Eswatini et de la Namibie, qui affirment que leur temps est désormais partagé entre le travail d’investigation et les demandes de subventions pour assurer leur survie.

En Eswatini, les publications qui critiquent l’État, comme le magazine The Nation, sont privées de revenus lorsque le gouvernement national exerce son pouvoir publicitaire pour punir les auteurs d’articles peu flatteurs. « Les ministères ne font pas de publicité dans The Nation », explique Vuyisile Hlatshwayo, journaliste d’investigation chevronné au magazine The Nation et fondateur du Centre Inhlase pour le journalisme d’investigation. « Parfois, les entreprises publiques reçoivent des instructions des ministères de tutelle pour retirer leurs publicités de The Nation en raison de ses positions critiques. Grâce à une stratégie de « capture des médias » par le gouvernement, les médias indépendants comme The Nation sont privés de fonds et sanctionnés pour leurs efforts visant à dénoncer les actes répréhensibles.

Culture de la peur et du harcèlement

Le climat de liberté de la presse pour les médias indépendants dans la région a considérablement souffert. Diverses organisations internationales, dont Amnesty International et Reporters sans frontières (RSF), ont fait état d’une augmentation des attaques et du harcèlement à l’encontre des journalistes. Cette dernière a signalé « trois fois plus d’arrestations et d’agressions de journalistes en Afrique subsaharienne entre le 15 mars et le 15 mai 2020 qu’au cours de la même période en 2019.»

De nombreux pays de la région possèdent encore des lois et des politiques obsolètes qui entravent ou menacent le travail des journalistes, malgré les garanties constitutionnelles pour la liberté de la presse. « Cette situation a, en outre, été ponctuée d’attaques physiques et verbales, de harcèlement et d’agressions de journalistes et, dans certains cas, de descentes de police dans les maisons de presse », note le rapport de MISA.

L’Eswatini occupe la 141e place sur 180 pays dans le classement mondial de la liberté de la presse 2021 de RSF. Le Zimbabwe était à la 130e place, tandis que le Mozambique se classait à la 108e place. Le Lesotho se situe à la 88e place. Le Malawi fait un peu mieux, se classant 62e, tandis que le trio formé par le Botswana (38e), l’Afrique du Sud (32e) et la Namibie (24e) se classe au niveau ou au-dessus du niveau de nombreuses nations occidentales. Toutefois, par rapport à l’indice RSF de 2020, le climat de la presse au Zimbabwe, au Malawi, au Botswana, en Namibie et en Afrique du Sud s’est dégradé.

Eswatini 2021 World Press Freedom Index ranking

L’Eswatini occupe la dernière place des pays d’Afrique australe dans le classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2021. Mais plusieurs pays voisins font également peser de graves menaces sur le journalisme indépendant. Image : Captures d’écran compilées par le GIJN (RSF).

 

Dans des pays comme le Lesotho, les journalistes sont encore victimes d’intimidations de la part de politiciens et de leurs partisans, qui menacent parfois de les tuer, eux et leur famille, s’ils dénoncent des actes répréhensibles. « Nous avons eu un problème avec les fidèles de l’ancien Premier ministre Pakalitha Mosisili, qui voulaient discréditer notre article en menaçant de tuer notre reporter Billy Ntaote et toute sa famille », note Mokhethi, faisant référence à un reportage de MNN sur les efforts de Mosisili pour accorder des prêts massifs à la Chine dans le domaine de la construction. « Nous sommes confrontés aux problèmes d’une société hautement volatile et politisée, où certains sont toujours prêts à attaquer les journalistes pour protéger leurs dirigeants corrompus.

En Eswatini, monarchie absolue dirigée par le roi Mswati III, les journalistes doivent faire face à une opinion publique largement répandue selon laquelle toute critique de la famille royale est profondément irrespectueuse. La combinaison des traditions culturelles et des restrictions légales a eu un effet dissuasif sur les projets d’investigation des grands journaux tels que le Times of Eswatini et l’Eswatini Observer. Selon le baromètre des médias de l’Eswatini, le pays compte environ 32 lois qui restreignent la liberté d’expression et la liberté des médias. La loi sur la sédition et les activités subversives de 1968 criminalise les « publications séditieuses » et même l’utilisation de mots prétendument séditieux, qui « peuvent susciter la haine et le mépris ou exécuter la désaffection » contre le roi et ses sujets.

Dans une interview accordée en 2018 au journal sud-africain Mail and Guardian, Zweli Martin Dlamini – journaliste également connu sous le nom de « Zwemart » – a décrit comment son arrestation et les violences physiques qu’il a subies de la part de la police l’ont contraint à fuir l’Eswatini. « J’ai créé mon propre journal, le Swaziland Shopping », explique Zwemart. « Mais il a fini par être fermé par le gouvernement après que j’ai commencé à critiquer la façon dont il gérait les choses”.

Le journaliste zimbabwéen primé Elias Mambo estime que les menaces proférées par les personnes faisant l’objet d’une enquête constituent un obstacle majeur à la réalisation de reportages d’investigation. M. Mambo explique que de telles menaces ont accompagné son enquête sur le pillage des diamants de la mine zimbabwéenne de Chiadzwa. Mambo se souvient que lui et son co-auteur, Obey Manayiti, ont été confrontés à des « problèmes de sécurité où la sécurité de l’État et les acteurs politiques nous menaçaient pour nous décourager de faire le reportage ».

Au Malawi, la police a récemment arrêté Gregory Gondwe, directeur général de la Plate-forme pour le journalisme d’investigation (PIJ), et a saisi ses ordinateurs et téléphones dans le but de le forcer à révéler une source. Les autorités cherchaient à identifier une fuite qui aurait révélé un avis juridique secret que le procureur général du pays, Thabo Chakaka Nyirenda, aurait fourni au bureau anti-corruption du pays. Le PIJ a publié une série d’articles sur la corruption présumée au sein de la police, de l’armée et des services d’immigration du Malawi. Gondwe a été libéré par la suite.

Certains journalistes d’investigation de la région ont été qualifiés de terroristes ou d’ennemis politiques de l’État. « Il y a le vieux problème des perspectives ou des attitudes négatives à l’égard des journalistes en Afrique », déclare le journaliste d’investigation malawite et rédacteur en chef d’AfricaBrief, Winston Mwale. « Nous sommes considérés comme des espions au service des opposants à l’État. J’ai toujours traité ce problème en rappelant à mes sources qu’elles devaient fournir les informations nécessaires à la rédaction d’un article complet et objectif ».

Manque de données et fonctionnaires peu réceptifs

Le problème de longue date du manque de données créés par des sources gouvernementales peu réceptives est prononcé en Afrique australe. « Le problème réside dans l’absence d’une source d’information centralisée », explique Mwale. « Par exemple, lorsque j’ai réalisé un reportage sur l’impact de la COVID-19 sur l’assiduité des femmes enceintes au dépistage prénatal, le porte-parole du ministère m’a dit qu’il ne disposait d’aucune donnée provenant des hôpitaux du pays et que je devais plutôt m’adresser aux divers hôpitaux individuels dispersés.

« L’accès à l’information est très difficile au Zimbabwe », explique Blessed Mhlanga. « Il se peut que les sites web ne soient pas à jour ou que, si vous demandez certaines informations à des fonctionnaires, on vous dise que vous êtes un activiste ou que vous voulez déstabiliser le régime.

RSF Analysis on COVID's impact on journalism

Reporters sans frontières a constaté que la COVID-19 a porté atteinte à la liberté de la presse et à l’accès à celle-ci dans toute l’Afrique. Image : Capture d’écran

 

Contourner les difficultés

Après la fermeture de Swaziland Shopping, M. Zwemart a fondé et dirige aujourd’hui une publication en ligne, Swaziland News, depuis l’exil. Son travail tire parti des libertés de la presse beaucoup plus libérales dont jouit l’Afrique du Sud voisine, où il est maintenant basé, et s’appuie sur les médias sociaux, les fuites et le soutien de sympathisants internationaux.

« Nous sommes sur Twitter et nous utilisons Facebook, car la plupart des personnes que nous ciblons sont sur Facebook et WhatsApp », explique M. Zwemart. « Nous atteignons rapidement les 200 000 followers. Alors que des protestations et des manifestations ont lieu en Eswatini depuis juin 2021, Zwemart a continué d’enquêter sur la monarchie, montrant les meurtres illégaux de citoyens protestataires, les fonctionnaires corrompus et l’utilisation abusive des ressources de l’État.

Bien qu’il ait été arrêté trois fois depuis 2020 pour avoir prétendument tweeté des « mensonges », incité à la violence publique et dénoncé la corruption, Hopewell Chin’ono continue d’utiliser Twitter pour demander des comptes au pouvoir. Pendant ce temps, les journalistes d’investigation zimbabwéens continuent de dénoncer la corruption du gouvernement, les expulsions de terres et d’autres sujets liés à la responsabilité sur des sites tels que The NewsHawks.

Pour sa part, Mwale insiste sur le fait qu’il ne se laisse pas décourager et qu’il continuera à dénoncer les actes répréhensibles et à faire entendre la voix des citoyens concernés.

Le pouvoir des organisations à but non lucratif et de la collaboration

Un certain nombre de salles de rédaction à but non lucratif ont été créées dans des pays comme le Botswana, la Namibie, le Malawi et le Zimbabwe pour contrer la mainmise du gouvernement sur les médias et la nature inconstante des médias financés par la publicité. « Grâce à ce modèle, nous sommes en mesure de poursuivre nos enquêtes et de travailler avec d’autres dans la région », explique le journaliste d’investigation Ntibinyane Ntibinyane, cofondateur du Centre INK pour le Journalisme d’Investigation, basé à Gaborone. Il explique que ce modèle a aidé l’INK à faire éclater des affaires telles que les transactions douteuses entre le gouvernement du Botswana et une entreprise de construction chinoise.

IJHub logo

Image : Capture d’écran

Outre INK, le Centre Inhlase et MNN, d’autres sites comme The Namibian Investigative Unit et la Platform for Investigative Journalism au Malawi collaborent par l’intermédiaire de l’Investigative Journalism Hub (IJHub), un projet du Centre AmaBhungane pour le journalisme d’investigation d’Afrique du Sud. Cette coopération transnationale permet aux participants de tirer des enseignements des ateliers numériques, de partager des histoires et des compétences et d’élargir la portée de leurs enquêtes.

 

Parmi les exemples notables de cette collaboration, citons l’exposé de MNN sur le manque d’accès à l’eau potable des citoyens du Lesotho, bien que le pays vende des millions de litres à l’Afrique du Sud voisine ; la révélation par INK d’un accaparement de terres dans une carrière minière impliquant le vice-président Slumber Tsogwane ; et la mise au jour par le Centre Inhlase des souffrances des veuves d’anciens mineurs et des violations des droits de l’homme en Eswatini.

« Nos articles n’aboutissent pas seulement au Botswana, mais aussi dans la région et dans le monde entier », note M. Ntibinyane. Selon Vuyisile Hlatshwayo, de Nhlase, le réseau régional peut également contribuer à protéger les petites rédactions des réactions négatives suscitées par les articles sensibles. « Si nous pensons que l’histoire va nous brûler les doigts, nous envoyons toujours nos articles au Hub, et ils peuvent être publiés dans des publications telles que Daily Maverick et d’autres», explique-t-il.

MNN's Sechaba Mokhethi

Sechaba Mokhethi, partenaire fondateur du Centre MNN pour le journalisme d’investigation au Lesotho. Image : Avec l’aimable autorisation de Mokhethi

Les journalistes du Malawi, du Zimbabwe, de l’Eswatini, de la Zambie et de la Namibie collaborent également au niveau international avec des organisations à but non lucratif telles que le Center for Collaborative Investigative Journalism (CCIJ), basé aux États-Unis, où ils peuvent bénéficier de subventions et de formations. La journaliste namibienne Sonja Smith, membre du CCIJ, a été récompensée pour ses articles « Dying for a Drop » et « Grape Crop Brings in Millions, But Farm Workers Live a Harsh Life ».

Malgré tous ces vents contraires, certains journalistes d’investigation de la région, comme Sechaba Mokhethi, sont optimistes quant à l’avenir, grâce aux possibilités croissantes de collaboration, à l’augmentation des financements à but non lucratif et aux nouveaux outils numériques permettant de raconter des histoires. « Je pense que le journalisme d’investigation est sur la bonne voie, malgré tous les défis auxquels nous sommes confrontés chaque jour », déclare-t-il.

 

 


Carolyne Lunga photo

Carolyne M. Lunga est candidate au doctorat en journalisme à la City University de Londres (Royaume-Uni) et possède 10 ans d’expérience en tant que professeur de journalisme. Elle est assistante d’enseignement pour le programme de maîtrise en journalisme international et effectue actuellement des recherches sur le journalisme d’investigation collaboratif en Afrique australe.

Republier cet article

Ce travail est sous licence (Creative Commons) Licence Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International


Material from GIJN’s website is generally available for republication under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International license. Images usually are published under a different license, so we advise you to use alternatives or contact us regarding permission. Here are our full terms for republication. You must credit the author, link to the original story, and name GIJN as the first publisher. For any queries or to send us a courtesy republication note, write to hello@gijn.org.

Lire la suite

Actualités et analyses Méthodologie Outils et conseils pour enquêter Recherche Techniques d'enquête

Astuces pour rapidement vérifier les antécédents d’un inconnu, en urgence

Les projets d’enquête sont souvent comparés à des marathons. Mais, de temps en temps, les reporters doivent faire un sprint. Retour d’expériences de journalistes d’investigation qui, lors d’une session de la conférence sur le journalisme d’investigation en Amérique du Nord IRE23, ont partagé des conseils sur comment vérifier les antécédents de personnes peu connues, dans un délai très court.

A,Stressed,Person,Feeling,Unhappy,Sitting,With,His,Laptop,In

Actualités et analyses Études de cas

Faire face au stress du journalisme d’investigation

Être journaliste d’investigation est un métier excitant… et stressant. Un journaliste kényan qui a participé à l’enquête sur les Pandora Papers donne des conseils pour protéger sa santé mentale.