Paramètres d'accessibilité

taille du texte

Options de couleurs

monochrome couleurs discrètes sombre

Outils de lecture

isolement règle
Joseph Poliszuk
Joseph Poliszuk

Joseph Poliszuk, d'Armando.Info, s'adresse à la table ronde sur les médias exilés lors de la conférence GIJC23, aux côtés de Polina Machold (à gauche) et de Tasneen Khalil. Image : Smaranda Tolosano pour le GIJN

Articles

Thématiques

Stratégies de survie pour les médias d’investigation en exil – et pour tout média indépendant

Lire cet article en

Du Myanmar au Venezuela, de la Russie au Bangladesh, des médias d’investigation indépendants sont contraints à l’exil par des régimes autoritaires.

Qu’il s’agisse de menaces légales ou de sites web bloqués, la décision de travailler en exil est une décision prise dans le but de continuer à enquêter et à publier, à faire du journalisme – mais cela représente un coût personnel énorme, entraîne un stress émotionnel et physique, et peut désorganiser les modèles opérationnels et commerciaux précédents lorsque le personnel et les rédactions changent de pays.

Lors de la 13e Conférence internationale sur le journalisme d’investigation (#GIJC23), Polina Machold, éditrice du site d’information d’investigation Proekt, anciennement basé en Russie, et la journaliste bangladaise en exil Tasneem Khalil, fondatrice de Netra News, basée en Suède, ont partagé leur expérience de première main en matière de gestion d’une rédaction en exil, de modèle d’affaire, de personnel et de stratégies éditoriales nécessaires pour survivre – et livrer des enquêtes hors du commun.

Préparez-vous pour les situations de crise

Tous les intervenants ont recommandé la mise en place d’un plan d’action d’urgence, avant même qu’une crise ne se produise, couvrant ce qui se passe si un journaliste est arrêté, si votre journal fait l’objet d’une cyberattaque, si vous devez déménager ou si vous devez faire face à d’autres scénarios d’urgence. Basez ce plan sur votre évaluation des risques juridiques, financiers, physiques et numériques, et mettez-le à jour régulièrement, a déclaré Mme Machold.

Pensez à ce que serait le « dernier signal » avant de mettre en œuvre ce protocole d’urgence, a-t-elle ajouté. Pour Proekt, ce moment est venu lorsqu’il est devenu le premier média russe à être qualifié d’organisation « indésirable » par l’État en juin 2021. Le média a enclenché son plan d’urgence et pris les mesures immédiates suivantes :

  • Il a transféré des personnes hors de Russie en toute sécurité.
  • Il a fermé son entité juridique.
  • Il a débloqué un fonds d’urgence qu’elle avait économisé.
  • Les systèmes de donations à l’instar du crowdfunding – qui pourraient mettre en danger les donateurs potentiels – ont été interrompus.
  • Il a demandé de l’aide à ses partenaires.
  • Un bureau a été ouvert dans un nouvel endroit.

Ensuite, prenez votre souffle et réfléchissez à ce que vous allez faire, a déclaré Mme Machold : « Préparez un protocole d’urgence même si vous ne pensez pas risquer l’exil. »

La relocalisation et votre réseau en exil

Une partie de votre plan d’urgence doit prévoir que tous les passeports et visas du personnel soient à jour et prêts à être utilisés. Proekt s’était initialement installé en Géorgie, mais certains membres de l’équipe s’étant vu refuser l’entrée sur le territoire après des voyages professionnels, son personnel en exil travaille aujourd’hui à partir de cinq ou six endroits différents. Selon Mme Machold, le maintien de la proximité géographique peut être utile sur le plan opérationnel et stimuler le moral des employés.

Lorsque vous planifiez votre fonds d’urgence, prévoyez de l’argent pour aider les personnes qui déménagent – pour le loyer, les taxes et d’autres coûts logistiques. La location d’un bureau pour le média délocalisé peut également aider les membres de l’équipe à se sentir en sécurité et à mieux gérer la transition.

Apprenez les codes de conduite et les exigences légales et commerciales du pays dans lequel vous avez déménagé, ajoute Khalil de Netra News : « Oubliez que vous êtes une rédaction en exil ; à toutes fins utiles, vous êtes un média du pays dans lequel vous êtes basé ».

Développer un réseau d’amis et d’alliés internationaux peut également aider les médias en exil à survivre. Netra News a reçu un avis de retrait de Facebook quelques heures seulement après son lancement en décembre 2019 ; quelqu’un avait envoyé à Facebook une dénonciation basée sur un frauduleux droit d’auteur, pour demander que la page de Netra News soit retirée, a déclaré Khalil. En contactant l’un des meilleurs experts en cybersécurité des États-Unis, ils ont pu résoudre le problème. La mise en relation avec des fondations et des organisations de médias telles que Citizen Lab, Access Now et Qurium – qui fournit également un hébergement sécurisé – peut constituer une bouée de sauvetage.

Gérer le représailles

Bien entendu, le fait de quitter son pays d’origine ne signifie pas que l’on va cesser d’enquêter sur les personnes ou les régimes qui ont conduit à l’exil. Cela ne signifie pas non plus qu’ils vont cesser de s’en prendre à votre rédaction. Préparez-vous à la riposte, a déclaré M. Khalil. Attendez-vous à recevoir des avis de retrait de vos plateformes en ligne et de faux avis de violation des droits d’auteur. Dans le cas de Netra News, les enquêtes sur la rédaction ont été menées par des médias pro-régime.

Le site web de Netra est bloqué au Bangladesh ; Netra News utilise un service de site miroir de Google pour atteindre son public dans ce pays. Pour bloquer ce service, le gouvernement du Bangladesh devrait bloquer une grande partie de l’infrastructure de Google.

« Utilisez le pouvoir de votre adversaire contre lui », a déclaré M. Khalil. Fin décembre 2019, Netra News a publié une enquête sur les montres de luxe d’un éminent ministre du gouvernement du Bangladesh. Le gouvernement a réagi en interdisant son site web dans le pays – une décision qui a été relayée par les médias internationaux. « Personne ne connaissait Netra News avant cela », a déclaré M. Khalil. « En bloquant notre site web, le gouvernement nous a offert notre plus grande victoire en matière de relations publiques.

Faire de la sécurité une priorité

« N’y voyez pas de la paranoïa : vous êtes des journalistes d’investigation. Vous êtes en danger quel que soit le pays où vous vous trouvez », a déclaré Mme Machold, de Proekt.

Proekt's Police Machold discusses her organization's departure from Russia.

Polina Machold, éditrice de Proekt, évoque la décision de son organisation de quitter la Russie après avoir été prise pour cible par le Kremlin. Image : Smaranda Tolosano pour le GIJN

Redéployez les anciennes technologies – en particulier pour les médias travaillant dans un environnement hostile – et envisagez d’utiliser des téléphones jetables ou à usage ephemère, par exemple.

Dans un plan d’urgence et au-delà, prenez en compte la sécurité des personnes connectées à votre rédaction, de l’audience et des partenaires aux familles des membres de l’équipe. « Donnez toutes les ressources possibles à un journaliste pour qu’il puisse évaluer les risques », a déclaré Mme Machold. « Je ne peux pas décider à la place d’un rédacteur s’il doit travailler sur un article ou non. »

Proekt travaille toujours avec des pigistes en Russie, et réfléchit donc soigneusement à la manière dont il les paie pour s’assurer que ces transactions ne permettront pas aux autorités russes de les identifier comme des personnes travaillant avec un média interdit. Les paiements via des crypto-monnaies pourraient être envisagés, mais uniquement s’ils permettent d’anonymiser les paiements. Il conviendrait de mettre en place un système impliquant plusieurs contacts « isolé du réseau » pour acheminer l’argent aux freelances – où chaque maillon de la chaîne de paiement ne sait pas qui est impliqué dans l’étape suivante du transfert.

Réutiliser et recycler

Lorsqu’il s’agit d’outils d’investigation et de publication, il est préférable d’utiliser des sources ouvertes et de faire du recyclage « votre meilleur ami », a déclaré M. Khalil. « Vous n’avez pas les poches profondes d’un journal traditionnel », a-t-il déclaré. « Vous devez trouver des choses que vous pouvez réutiliser – des modèles de vidéos, des collections de musique. Vous n’avez pas le budget nécessaire pour tout faire à partir de zéro. »

Repenser la relation avec votre audience

L’exil peut modifier le public que vous pouvez ou voulez atteindre. Pour Proekt et Netra News, atteindre le public et les décideurs dans leur pays d’origine reste la priorité. Proekt a perdu ses canaux de distribution vers ce public du jour au lendemain lorsque la Russie l’a contraint à déménager et a bloqué son site web. Il utilise désormais YouTube et Telegram pour contourner la censure et les restrictions et atteindre un public de leur pays.

Bien qu’opérant depuis la Suède, Netra News a un public unique en tête, a déclaré Khalil : « Un briefing du Premier ministre du Bangladesh [sur un article de Netra] leur a fait dire « Voilà ! » Si nous pouvons maintenir cette concentration, nous produirez des articles percutants à fort impact. »

Les moments de crise, tels qu’un raid dans votre journal, la fermeture d’un site web ou une délocalisation forcée, peuvent être des moments propices pour demander le soutien de votre public, s’il est possible de le faire en toute sécurité. Il vous faudra peut-être proposer des modes de paiement qui n’exposent pas les donateurs à un risque d’identification.

« Cela vous permet non seulement d’obtenir un revenu supplémentaire, mais aussi de montrer l’importance de votre travail », a déclaré Mme Machold.

 

Ce travail est sous licence (Creative Commons) Licence Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International

Republier gratuitement nos articles, en ligne ou en version imprimée, sous une licence Creative Commons.

Republier cet article

Ce travail est sous licence (Creative Commons) Licence Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International


Material from GIJN’s website is generally available for republication under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International license. Images usually are published under a different license, so we advise you to use alternatives or contact us regarding permission. Here are our full terms for republication. You must credit the author, link to the original story, and name GIJN as the first publisher. For any queries or to send us a courtesy republication note, write to hello@gijn.org.

Lire la suite

Actualités et analyses Outils et conseils pour enquêter

Couvrir une élection : conseils par – et pour – des femmes journalistes

À l’occasion de la Journée internationale de la femme et d’une année 2024 potentiellement tumultueuse sur le plan électoral (quatre milliards de personnes dans plus de 50 pays sont appelées à voter cette année), GIJN s’est entretenu avec des femmes journalistes d’investigation du monde entier pour connaître leurs meilleures pratiques en matière de couverture des élections.

Actualités et analyses Liberté de la Presse Profils des membres

Comment un groupe de journalistes basés à Paris sauvent des enquêtes de l’oubli

À l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse, ce 3 mai 2024, GIJN dresse le profil d’un de ses membres : Forbidden Stories. Fondé en 2017, le projet à but non lucratif vise à reprendre des enquêtes mises au placard en raison de menaces ou de violences afin d’envoyer le message : « Tuer le journaliste ne tue pas l’histoire ».