Paramètres d'accessibilité

taille du texte

Options de couleurs

monochrome couleurs discrètes sombre

Outils de lecture

isolement règle

Articles

Présentation de la 11e Conférence internationale sur le journalisme d’investigation

Anglais

La Conférence internationale sur le journalisme d’investigation est le plus important rassemblement de data journalistes et de journalistes d’investigation au monde. Depuis 2001, ces conférences ont réuni depuis plus de 7.000 professionnels provenant de toute la planète.

Organisées une fois tous les deux ans, ces conférences jouent un rôle clé dans la rapide expansion au niveau international du journalisme d’investigation et du data journalisme. #GIJC19, qui aura lieu du 26 au 29 septembre à Hambourg en Allemagne, est la 11e conférence que nous organisons.  Un millier de journalistes provenant de 130 pays différents devraient y être présents. Des bourses sont prévues pour permettre aux journalistes vivant dans des pays en développement d’y assister.

La conférence — conçue par des journalistes pour des journalistes — se focalise sur les techniques d’enquête les plus avancées. Nos intervenants comptent parmi les meilleurs professionnels: lauréats du Prix Pulitzer, pionniers du data journalisme et courageux enquêteurs ayant révélé corruption et abus de pouvoir aux quatre coins de la planète.

Vous pourrez consulter par la suite le programme complet mais en attendant vous pouvez trouvez ci-dessous un aperçu que ce que nous prévoyons:

Plus de 150 panels, workshops et sessions spécifiques sur tous les aspects du journalisme d’investigation et du data journalisme; Un pôle data, avec des dizaines de sessions allant de l’analyse, de la visualisation et de la cartographie aux bases du tableur et du scraping, avec des data labs, des séminaires pratiques et des programmes de mentoring; Des experts de l’usage d’images satellites, l’analyse scientifique de vidéos, des techniques sensorielles, du travail en infiltré ou du journalisme mobile; De nouvelles techniques de recherches en ligne pour traquer personnes, entreprises et flux financiers à travers le monde; Des sessions sur les dernières collaborations journalistiques transnationales, l’enquête au niveau local, les techniques de vérification, la couverture du changement climatique, de la religion, des conflits, de la santé, des crimes et de la corruption; Des réunions de réseautage sur des dizaines de sujets pour échanger des idées, collaborer et trouver de l’inspiration; Un pôle sur les stratégies économiques des médias: les nouveaux modèles économiques, les médias à but non lucratifs, la diversification des revenus, des conseils pour les journalistes freelance, pour la levée de fonds…; Un pôle audiovisuel : comment passer de l’écrit à la vidéo ou au documentaire, comment réaliser des enquêtes audio pour la radio ou sous forme de podcasts; Des workshops pour les journalistes travaillant dans des médias en exil, pour les journalistes indigènes, pour les professionnels provenant de communautés LGBTQ et les journalistes d’investigation citoyens; Une consultation sur les questions juridiques, sur la sécurité numérique et des conseils d’expert pour se protéger contre le harcèlement en ligne et dans la vie réelle; Un pôle académique pour les professeurs et les universitaires avec la présentation de nouvelles recherches et des débats sur les dernières tendances, défis et les bonnes pratiques de notre profession.

Et, bien sûr, certaines des meilleures initiatives auront lieu dans les corridors et les bars, où, qui sait, le prochain Panama Papers pourrait naître.

Cette année, la Conférence Internationale est organisée par Global Investigative Journalism Network, Netzwerk Recherche et Interlink Academy.

Ce travail est sous licence (Creative Commons) Licence Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International

Republier gratuitement nos articles, en ligne ou en version imprimée, sous une licence Creative Commons.

Republier cet article

Ce travail est sous licence (Creative Commons) Licence Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International


Material from GIJN’s website is generally available for republication under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International license. Images usually are published under a different license, so we advise you to use alternatives or contact us regarding permission. Here are our full terms for republication. You must credit the author, link to the original story, and name GIJN as the first publisher. For any queries or to send us a courtesy republication note, write to hello@gijn.org.

Lire la suite

Actualités et analyses

Points forts et défis du journalisme d’investigation en Amérique latine : « Nous faisons chauffer nos moteurs »

Du Mexique au Brésil, du Costa Rica au Chili, en passant par le Pérou, toute cette semaine, GIJN met un coup de projecteur sur le journalisme d’investigation en Amérique latine. À travers des focus sur des enquêtes phare de la région, des interviews de journalistes d’investigation de cette zone ou encore les retours de quelques uns des 25 membres de GIJN actifs dans la région, plongez dans un panorama complet sur le journalisme d’investigation latino-américain, ses spécificités, ses points forts, ses défis et ses perspectives d’avenir.

Fiche Conseils Actualités et analyses Enquêter sur les institutions Études de cas Méthodologie Outils et conseils pour enquêter Techniques d'enquête

Guide pour enquêter sur les sujets liés au handicap – Version courte

Les personnes handicapées constituent le plus grand groupe minoritaire intersectionnel, selon les Nations unies, et pratiquement tous les sujets d’enquête ont un angle lié au handicap.

Actualités et analyses Liberté de la Presse Profils des membres

Comment un groupe de journalistes basés à Paris sauvent des enquêtes de l’oubli

À l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse, ce 3 mai 2024, GIJN dresse le profil d’un de ses membres : Forbidden Stories. Fondé en 2017, le projet à but non lucratif vise à reprendre des enquêtes mises au placard en raison de menaces ou de violences afin d’envoyer le message : « Tuer le journaliste ne tue pas l’histoire ».