Comment lancer votre propre newsletter

Print More

English
Vous êtes journaliste, community manager, responsable de communication ou gérant d’une startup. Peu importe: l’essentiel est que vous avez un point de vue. Peut-être que vous lisez ce qui se démarque dans le tourbillon médiatique actuel. Vous avez peut-être un don de curateur, un pour avoir une vue d’ensemble et faire le lien entre les articles que vous lisez, un instinct éditorial pour séparer les faits, les opinions et la fiction et des aptitudes pour écrire vous même de temps en temps.

Il est temps de lancer votre newsletter

Voici donc un guide éditorial -et non un manuel technique- hautement recommandé pour vous aider à mettre en place votre propre newsletter. Splice utilise actuellement MailChimp (parce que c’est gratuit pour vos 2000 premiers abonnés. Nous allons bientôt passer à une interface payante), vous pouvez aussi utiliser Campaign Monitor, TinyLetter, Drip, ConvertKit, Substack

Pourquoi une newsletter?

C’est simple: c’est une manière de communiquer directement avec votre audience. Une manière plus intime. Vous parlez directement à quelqu’un à travers sa boite mail. Vous gagnez le droit d’interrompre sa journée en lui fournissant quelque chose d’utile, ou au moins d’intéressant.

Pour de nombreux jeunes journalistes – c’est une tendance émergente- c’est une manière d’écrire avec un ton et un style plus personnel. C’est aussi une façon de démontrer votre domaine d’expertise, ce que vous n’avez pas forcément l’occasion de faire en travaillant pour un grand média.

Mais il y a aussi une autre bonne raison: vous possédez les données. Elles ne sont plus à Facebook. Elles sont à vous. Vous savez qui sont vos lecteurs, vous avez leurs adresses mails, et vous leur parlez directement, sans intermédiaire.

 

Votre mailing list est faite de personnes réelles qui vous ont autorisées à accéder à un territoire de premier choix: leur boite mail. Respectez le.

Votre liste

Votre audience – vos abonnés – c’est là que tout commence

Votre liste de contacts est sans conteste l’élément le plus important au moment de démarrer votre newsletter. Pour l’aborder, il faut simplement du bon sens: votre liste est faite de personnes réelles qui vous ont données l’autorisation d’accéder à leur boite mail. N’abusez jamais de ce privilège. Traitez les avec respect, ne les spammez pas, et ne pensez pas qu’ils vous sont acquis.  Le plus important est d’instaurer un lien de confiance. Ne sous-estimez pas à quel point il est facile de briser ce lien. Mettez vous en quatre pour détailler comment vous allez utiliser les coordonnées de vos contacts. Allez vous les divulguer à un organisme tiers? Dites le. Ne vendez pas leur vie privée pour faire du profit et si vous devez le faire, informez vos contacts dans un langage clair et non en le dissimulant entre deux alinéas rédigé dans un jargon juridique incompréhensible.

Connaissez vous 10 personnes – amis, collègues, tante – qui pourraient être intéressés par votre newsletter et que ça ne dérangerait pas d’être ajouté à votre liste test? Demandez leurs si ils sont d’accord pour que vous leur envoyiez votre première newsletter, et ajoutez leurs adresses mails. C’est à ce moment là que va naître votre précieuse liste.

Gérer votre liste

Si vos contacts n’ouvrent pas vos newsletters, ça n’a pas de sens de les garder dans votre liste. Peu importe le nombre d’abonnés que vous avez s’ils n’ouvrent pas vos newsletters. Peut-être qu’ils sont trop polis pour vous dire que ça ne les intéresse pas. Peut-être qu’ils ne trouvent pas le bouton pour se désabonner ou peut-être qu’ils sont juste trop paresseux.  

Donc faites régulièrement le tri. Le taux d’ouverture de votre newsletters est plus important que votre nombre total d’abonnés. Rappelez vous, vous voulez être adoré, pas “liké”. Donc prenez un verre de vin (ça sera douloureux) et faites le tri dans votre liste d’abonné pour découvrir les gens qui n’ont pas pris la peine d’ouvrir votre newsletter les mois passés et désabonnez les. N’ayez pas honte.

Construire votre communauté

Une newsletter n’est pas juste un mail. C’est une carte membre. Présentez vos nouveaux abonnés. Cela produit deux effets: cela leur donne l’impression de faire partie d’une formidable communauté et cela montre à tous les autres que vous avez des lecteurs formidables. Tout est dans la validation sociale.

Ainsi, de la même manière, prenez le temps de remercier les internautes pour les conseils qu’ils vous ont donné ou les liens qu’ils vous ont recommandé. Vous avez un espace puissant pour présenter des personnes à votre communauté. Utilisez le. Comment donner plus à vos membres? Rappelez vous, ce n’est pas juste une newsletter. Trouvez une manière de leur donner des remises pour aller à des conférences, pour accéder à des outils ou d’autres opportunités intéressantes. Négociez des codes promos. Peut-être un mois gratuit sur Trello. Emmenez les boire une bière. Vous ne communiquez pas seulement du contenu intéressant, vous ouvrez des portes.

Le contenu

Commencez la conversation

Cela ne sert à rien de construire une communauté si vous n’entamez pas la conversation. La première étape c’est quand vous dites aux gens pourquoi ils devraient s’abonner et qu’est ce que vous allez leur apporter. La seconde étape c’est quand ils s’abonnent enfin.

Vous venez de recevoir la confirmation d’un nouvel abonné? Maintenant vous avez une adresse mail – et la permission de parler avec cette personne. Utilisez la respectueusement. Envoyez leur un email pour les remercier. Ensuite posez des questions simples pour entamer la conversation: comment ont ils eu connaissance de la newsletter? Que font ils dans la vie? Ne laissez pas votre boite mail le faire à votre place. Les réponses automatiques sont surestimées.

Pour Splice, cela a été l’une des meilleures choses que nous ayons fait. Bien sûr, cela prend un peu plus de temps. Mais c’est à ce moment là que vous redéfinissez l’échelle. Nous avons découvert qu’un simple “bonjour” pouvait mener à d’incroyables conversations (parfois dans la vraie vie). Parfois nous avons trouvé de nouveaux projets pour travailler ensemble. Parfois nous avons eu une nouvelle idée qui ne pouvait plus nous quitter. C’est surprenant .

Au sein de la newsletter elle même, saisissez la moindre opportunité pour dire aux gens qu’ils peuvent vous répondre. Qu’ils vous répondent s’ils veulent votre dernière présentation. Qu’ils vous répondent s’ils veulent passer prendre un café. Faites votre possible pour montrer que vous êtes accessible.

Comment définir la ligne éditoriale d’un mail?

Pensez donc aux 10 personnes de votre liste test. Quels problèmes pourriez vous les aider à résoudre grâce à votre mail? Quels articles et enquêtes pourraient les intéresser? Quelle nouveauté pourriez vous leur faire connaître dont ils n’auraient pas encore été informés à travers un algorithme gratuit?  Tout est dans la pertinence. Rappelez vous qu’on parle des mails en 2018, qui pour la majorité des gens, représentent l’enfer. Dans le meilleur des cas, ils représentent pour eux une liste de choses à faire. Dans le pire, c’est une boite remplie de “merci” envoyés en copie avec tous vos collègues et de personnes essayant de leurs vendre des produits.

Votre mail peut être structuré autour de la ligne éditoriale: “voilà des choses sympas que je lis sur internet et je pense que vous pourriez trouver ça intéressant” (c’est d’ailleurs une excellente ligne éditoriale, et l’une des principales raisons pour lesquelles les gens envoient de bons mails, si vous y réfléchissez). Ensuite à vous d’agir pour que vos lecteurs aient le bénéfice de votre point de vue original sur le sujet – même s’ils ont déjà vu ces articles ailleurs. Une opinion informée est une chose rare et peut avoir une indéniable valeur ajoutée pour vos lecteurs.

Votre ligne éditoriale pourrait aussi être “voilà trois choses à propos des nouvelles technologies dans les médias que vous devez savoir cette semaine pour faire de vous la personne la plus intelligente lors de la soirée après votre prochaine conférence”. Faites des recherches. Cela peut être une bonne idée de diversifier: structurer le contenu pour inclure une variété de médias, d’opinions et de sources. Cela peut paraître évident mais si vous relayez des articles, podcasts ou vidéos, prenez le temps de les lire, de les écouter ou de les regarder d’abord.

N’écrivez pas un mail compliqué. Les meilleurs mails que j’ai reçu – même professionnels- n’évoquaient souvent qu’une seule idée. 

La brièveté est une bonne chose

Personne n’a envie de lire votre dernier roman dans un mail. Soyez bref. Combien d’articles et d’éléments devriez vous avoir? Vous trouverez le juste équilibre si vous faites des recherches, si vous expérimentez et que vous demandez des retours.

 

 

 

 

 

Le graphisme

Voilà votre opportunité d’ajouter des ombres au texte, de nombreuses images de personnes heureuses bondissant devant des couchers de soleil ou de boutons disant “Cliquez ici!!!” (C’est une blague. S’il vous plaît ne faites pas ça. Merci.)

La meilleure taille de typographie est la lisible

Le bon graphisme résout les problèmes donc pensez à tous les mails que vous détestez et pourquoi vous les détestez. Parmi les mails que je déteste le plus, il y a ceux ou il faut zoomer sur l’écran de mon portable pour pouvoir lire. Faites en sorte que votre mail soit lisible sur votre téléphone portable et que la taille du texte soit lisible. Pour les mails de Splice, nous utilisons Arial 19px, ce qui est plutôt grand, mais la majorité de nos lecteurs sont des journalistes, habitués à travailler sur des écrans large donc nous préférons faire en sorte que ce soit plus facile pour eux.

Alignez bien les éléments

Les mails, comme le reste du web, sont la plupart du temps linéaire, donc gardez votre alignement pour une meilleure expérience de lecture. Rappelez vous de ne pas centrer ou aligner vers la droite de gros morceaux de texte.

Hiérarchisez l’information

Structurez vos titres, vos corps de texte, les images, les liens, les autres éléments pour que votre lecteur comprenne intuitivement où commencer sa lecture, quels articles méritent qu’ils prennent le temps de s’attarder ou lesquels méritent juste un coup d’oeil, sur quels éléments ils doit cliquer ou non, où commence un article et où termine l’autre. Cela fonctionne bien quand on présente un article plus important ou une image qui fait la une du mail, généralement en haut. Délimitez les sections clairement avec des espaces, des lignes ou des couleurs pour avoir un bon rythme vertical et des lecteurs reconnaissants.  

Rappelez vous des lecteurs qui lisent en diagonale ou scannent l’information

Certains lecteurs survolent votre mail, ce qui signifient qu’ils sont d’accord avec le fait de lire seulement vos résumés sans cliquer sur le lien, et certains scannent le texte, choisissant les mots clés et les titres, spécialement s’ils sont importants dans la hiérarchie visuelle (en gras, en capitale, soulignés, d’une autre couleur…etc). J’adore les segments de newsletters qui sont écrits et dessinés de manière à ce que je comprenne l’essentiel d’un article sans cliquer sur le lien pour en  lire l’intégralité. C’est ce qui me permet de décider de combien de temps et d’attention je donnerai à ce mail pour le moment. Après je peux choisir de revenir et de lire ces deux ou trois choses plus en détail après ma réunion. Chez Splice, nous avons des personnes qui rouvrent nos mails parfois plusieurs mois après que nous leurs ayons envoyé.

Stop aux pièges à clics

Autorisez vous à un résumé complet d’un article dans une newsletter. A l’inverse, l’une des meilleures manières de manquer de respect et de vous aliéner vos lecteurs est de les laisser avec: “Ces trois programmes de newsletters peuvent vous permettre de gagner des millions d’abonnés – et un ventre plat!!!”

Utilisez des images, y compris des illustrations, des infographies et des icônes – mais seulement si ça ajoute quelque chose à l’article

Il vaut mieux enlever les images si elles n’apportent rien. Personne ne va jamais vous écrire pour vous dire qu’il manque une photo de groupe avec un sourire figé. Prenez vos propres photos ou dessinez vos propres images si c’est quelque chose que vous savez faire, ou trouvez des images libres de droits sur Flickr, Unsplash, Shutterstock ou iStock. Encore une fois, cela devrait être évident, mais ne volez pas les images des autres sur internet parce que des études ont montré que voler c’est mal.

Incitez à passer à l’action

Qu’est ce que vous voulez que vos lecteurs fassent? Qu’ils s’abonnent à votre newsletter (elle peut leur avoir été transféré)? qu’ils transfèrent votre newsletter à d’autres personnes? Qu’ils achètent un tote bag? Qu’ils se caressent le ventre? Soyez simple ( il ne peut pas y avoir plus d’un appel à l’action) et clair (ajoutez un bouton).

Passez le mot

Une bonne manière d’être lu c’est de permettre aux lecteurs de diffuser votre newsletter à leurs propres réseaux: ajoutez donc un bouton de partage aux réseaux sociaux dans votre newsletter pour que cela soit facile de la transférer, de la suivre, de la partager, ou de la tweeter.

De votre côté, soyez actifs sur les réseaux sociaux en choisissant l’article le plus important de votre newsletter cette semaine et en le relayant avec un lien à votre dernière newsletter et incitez à passer à l’acte: abonnez vous!

Mesurez le succès

Quand vous doutez, pensez à l’amour, pas aux likes.

Dans le domaine des mails, cela signifie carrément demander : “est ce qu’on est important pour vous? (taux d’ouverture de la newsletter)? Est-ce qu’on est utile (nouveaux abonnés)? Est-ce qu’on vous donne ce que vous voulez?

Parfois, le succès est aussi simple que d’obtenir une réponse. Parfois, c’est découvrir que quelqu’un a recommandé votre newsletter. Mais la plupart du temps, le succès c’est d’abord de publier votre satanée newsletter- parce que vous êtes passionné par un sujet, que vous vous préoccupez de vos lecteurs, et parce que vous vous leur présentez la meilleure chose qu’ils vont voir passer dans leur boîte mail cette semaine.

Les principes de la newsletter de Splice

Votre liste d’abonné est votre produit. Que faites vous avec:

  • Vous cultivez une connexion ouverte et personnelle avec les lecteurs
  • Le design est fait pour vous permettre d’être lu et doit être utile
  • Saisissez la moindre opportunité d’entamer une conversation
  • Mesurer ce qui est important. Cherchez de l’amour, pas des likes.
  • Ne perdez pas confiance
  • Traitez vos abonnés comme des membres
  • Ne faites pas que relayer. Créez des opportunités pour vos lecteurs.
  • La validation sociale est importante. Mettez en valeur vos membres.  

Cet article a d’abord été publié sur le site web de Slice Newsroom et est publié avec leurs permission.

Rishad Patel est graphiste et co-fondateur de The Splice Newsroom. Il est responsable du développement des produits de l’entreprise. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *