Paramètres d'accessibilité

taille du texte

Options de couleurs

monochrome couleurs discrètes sombre

Outils de lecture

isolement règle

Articles

Comment enquêter sur les catastrophes naturelles

Lire cet article en

 

Vue de Kahramanmaraş, ville turque frappée par le puissant séisme le 6 février 2023. Photographie de Fatih Pınar.

Alors que la Turquie et la Syrie ont été frappées par un séisme de 7,8 le 6 février 2023, « GIJN en français » publie les conseils pour couvrir une catastrophe naturelle dispensés lors de la 9ème Conférence internationale sur le journalisme d’investigation #GIJC15 quelques mois après un puissant séisme au Népal.

“La première victime de la guerre est la vérité. Mais peut-on en dire autant des catastrophes naturelles ?” C’est la question posée par Yohan Shanmugaratnam, rédacteur en chef des informations internationales du quotidien norvégien Klassekampen, en préambule du panel « Comment enquêter sur les catastrophes » qui s’est tenu lors de la 9e Conférence mondiale sur le journalisme d’investigation, en octobre 2015 en Norvège, quelques mois après le tremblement de terre géant de magnitude 7,8 qui avait eu lieu au Népal en avril de cette année-là.

Les inondations, les éruptions volcaniques, les tremblements de terre et les tsunamis ne sont, en effet, pas simplement des processus géologiques, mais révèlent également une mauvaise gestion sociale, économique et politique dans les endroits touchés. Cela rend le travail d’enquête lors de catastrophes naturelles d’autant plus important.

« Les reportages sur les catastrophes sont plus essentiels ces temps-ci car les catastrophes naturelles ont des conséquences dans un monde interconnecté », a noté Natalia Antelava, alors journaliste à la BBC et rédactrice en chef de Coda Story pour qui : « Internet a rapproché le monde. »

Les réseaux sociaux ont été un outil puissant pour communiquer lors de catastrophes naturelles. Facebook et Twitter ont transformé la couverture médiatique des catastrophes. Dès que le tremblement de terre de magnitude 7,8 s’est produit au Népal en avril 2015, des données du terrain sont venus au monde de la part de la population locale qui pouvait désormais participer à la diffusion des informations via les réseaux sociaux. « Les réseaux sociaux s’expriment confusément lorsque la terre tremble », a cependant averti Kunda Dixit, rédacteur en chef du Nepali Times. « Il y a plein de rumeurs, d’informations non vérifiées et de prédictions. » Or des informations précises, a-t-il souligné, devraient être la première règle dans la couverture des catastrophes naturelles.

Les données comptent

Les données jouent un rôle important lors de catastrophes naturelles car elles permettent d’analyser et d’apporter des solutions et une meilleure compréhension des situations.

« Les données et les cartes sont utiles pour les journalistes et la planification des ressources, mais la difficulté est de trouver les données », a déclaré Dixit, qui a ajouté que les chiffres et les graphiques interactifs peuvent rendre une histoire plus percutante.

Yoichiro Tateiwa, rédacteur en chef de « Nuclear Watch » à la chaîne publique japonaise NHK, a également convenu que les données peuvent montrer ce que les humains ne peuvent pas voir. Tout en partageant son expérience sur l’enquête sur l’effondrement du toit de la centrale nucléaire de Fukushima, il a déclaré : « Dans l’équipe, nous avons désignée une personne chargée de lire tous les documents disponibles et de faire rapport sur la centrale nucléaire et la compagnie qui l’exploitait. » Il a également suggéré que les journalistes collaborent avec des organismes spécialisés à l’étranger, car cela fait appel à des personnes ayant des compétences et des perspectives différentes.

Les trois journalistes d’investigation avaient plusieurs conseils pour ceux qui couvrent les catastrophes naturelles :

Pendant les catastrophes, les informations crédibles sont importantes Vérifiez s’il y a eu un avertissement et une préparation adéquats Démystifiez les données Soyez techniquement autonome (électricité, Wi-Fi, alimentation, sécurité, etc.) Éloignez-vous de la mentalité de troupeau Souvenez-vous des oubliés Continuez à suivre le problème même lorsque les lecteurs et les téléspectateurs semblent se désintéresser Ne cherchez pas les titres sensationnels ; Beaucoup de gens souffrent encore de la catastrophe Ne créez pas de panique. Au lieu de cela, sensibilisez et complétez les informations sur la catastrophe

Les journalistes du panel ont fermement affirmé qu’il était nécessaire de réinventer le journalisme de catastrophe. « Que se passe-t-il lorsque les projecteurs sont éteints et que les caméras passent à la prochaine grande histoire ? », a interrogé le modérateur Shanmugaratnam. Anteleva a, pour sa part, proposé un modèle sur la façon de continuer à suivre l’histoire : la plate-forme web Coda Story qui couvre les sujets sur le temps long en rendant compte de leur importance, leur évolution et leurs connections, offrant une profondeur, une continuité et une compréhension uniques.

L’article original a été publié en anglais en 2015.

Ce travail est sous licence (Creative Commons) Licence Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International

Republier gratuitement nos articles, en ligne ou en version imprimée, sous une licence Creative Commons.

Republier cet article

Ce travail est sous licence (Creative Commons) Licence Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International


Material from GIJN’s website is generally available for republication under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International license. Images usually are published under a different license, so we advise you to use alternatives or contact us regarding permission. Here are our full terms for republication. You must credit the author, link to the original story, and name GIJN as the first publisher. For any queries or to send us a courtesy republication note, write to hello@gijn.org.

Lire la suite

Actualités et analyses

Points forts et défis du journalisme d’investigation en Amérique latine : « Nous faisons chauffer nos moteurs »

Du Mexique au Brésil, du Costa Rica au Chili, en passant par le Pérou, toute cette semaine, GIJN met un coup de projecteur sur le journalisme d’investigation en Amérique latine. À travers des focus sur des enquêtes phare de la région, des interviews de journalistes d’investigation de cette zone ou encore les retours de quelques uns des 25 membres de GIJN actifs dans la région, plongez dans un panorama complet sur le journalisme d’investigation latino-américain, ses spécificités, ses points forts, ses défis et ses perspectives d’avenir.

Fiche Conseils Actualités et analyses Enquêter sur les institutions Études de cas Méthodologie Outils et conseils pour enquêter Techniques d'enquête

Guide pour enquêter sur les sujets liés au handicap – Version courte

Les personnes handicapées constituent le plus grand groupe minoritaire intersectionnel, selon les Nations unies, et pratiquement tous les sujets d’enquête ont un angle lié au handicap.

Actualités et analyses Liberté de la Presse Profils des membres

Comment un groupe de journalistes basés à Paris sauvent des enquêtes de l’oubli

À l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse, ce 3 mai 2024, GIJN dresse le profil d’un de ses membres : Forbidden Stories. Fondé en 2017, le projet à but non lucratif vise à reprendre des enquêtes mises au placard en raison de menaces ou de violences afin d’envoyer le message : « Tuer le journaliste ne tue pas l’histoire ».