Conseils pour les journalistes d’investigation freelance

Print More

English

Photo : Unsplash.

Comment enquêter en freelance sans avoir une trésorerie à sec ? Plusieurs journalistes indépendants expérimentés ont livré leurs recommendations au cours d’un panel organisé lors de la 11e Conférence internationale du journalisme d’investigation

Les journalistes d’investigation freelance ont l’indéniable avantage d’être indépendants éditorialement. Mais s‘ils veulent survivre dans ce métier, ils doivent s’habituer à chercher de multiples débouchés à chacune de leurs enquêtes et multiplier les formats  de publication pour accroître leurs revenus. 

Par exemple, à chaque fois que vous êtes sur le terrain vous pouvez également :

  • Faire un direct sur Skype pour une chaîne internationale
  • Réserver une partie des informations collectées pour un papier ultérieur au long cours
  • Réaliser un questions-réponses avec un responsable compétent pour une revue spécialisée
  • Réaliser des enregistrements audio pour la radio ; soumettre des papiers dans d’autres langues dans la mesure du possible.
  • Faire une liste sur place de nouvelles idées de sujets autour du même thème
  • Et obtenir des contacts en marge du sujet principal pour une petite enquête annexe. 

L’ancien correspondant du Centre de journalisme d’investigation, Mark Schapiro – désormais professeur de journalisme à l’Université de Californie à Berkeley –  a mis l’accent sur l’agilité, en terme de style, de sujet, de format et de média, dont il faut faire preuve pour survivre sur le long terme.

« Vous devez garder à l’esprit que les sujets moins complexes paient souvent beaucoup mieux », rappelle-t-il. « Nous vivons dans un monde multimédia. N’oubliez pas que vous pouvez tripler vos revenus si vous vendez votre sujet à une émission de télévision, en collaboration avec un producteur, qui se fera un plaisir de vous mettre sur la bonne voie. »

Carolyn Thompson a participé à l’enquête d’Al Jazeera qui a révélé comment des services gouvernementaux ont forcé des milliers de personnes à quitter leurs terres au Soudan du Sud. Journaliste indépendante basée à Nairobi, elle soutient que la collaboration journalistique est désormais tout aussi importante pour les journalistes indépendants que pour les médias.

« Quand on travaille seule dans une région difficile, il est important de se forger un réseau de soutien composé d’autres pigistes », témoigne-t-elle. « Cela m’a beaucoup aidé. Alors que j’apportais aux projets mes compétences en matière de data journalisme et mon réseau de médias internationaux, d’autres pigistes y apportaient leurs sources locales et leurs connaissances du terrain. On s’inspirait ainsi les uns les autres. »

Emmanuel Freudenthal, a publié plusieurs enquêtes en freelance à travers l’Afrique. Pour lui, il est crucial que les pigistes aient déjà un plan de commercialisation en place quand ils commencent à enquêter.

Malgré tous les défis à surmonter – le manque de soins de santé, de congés payés et d’un salaire régulier – il souligne qu’une carrière de journaliste d’investigation indépendant reste intéressante pour ceux qui en ont envie.

« En réalité il y a plusieurs avantages à ce choix de carrière, croyez-le ou non », déclare-t-il. « Si un rédacteur-en-chef vous dit non, ça ne signe pas la fin de votre projet ; vous pouvez en contacter un autre, puis encore un autre. Et aucun rédacteur-en-chef ne vous dira d’abandonner une enquête qui prend peut-être du temps. Vous n’avez pas non plus à gérer les intrigues de bureau autour de la machine à café ! »

Quelques conseils pour trouver un sujet

– Lisez ou abonnez-vous à des magazines méconnus, des revues spécialisées et des médias locaux. Mark Schapiro explique ainsi : « Tous les journalistes lisent le New York Times et le Guardian. Vous devez lire ce que les autres journalistes ne lisent pas. »

– Mettez à profit les ressources gratuites des bibliothèques alentours et les connaissances de leurs bibliothécaires. Un journaliste s’exprimant au cours du panel a raconté comment un simple conseil de bibliothécaire, sur la façon de filtrer les résultats du moteur de recherche LexisNexis, l’a conduit à réaliser une enquête de deux ans.

– Demandez à vos amis et à vos proches de réagir à vos idées et à vos perspectives sur différents sujets, et de partager avec vous le meilleur sujet dont ils ont connaissance. « Quelle est l’histoire la plus intéressante que vous ayez entendue lors d’un dîner ? » est une question qui peut servir.

– Lisez les dossiers judiciaires et les blogs autant que possible, puis réfléchissez aux thèmes qui en ressortent.

Conseils pour gérer votre trésorerie

– Utilisez des outils administratifs disponibles gratuitement en ligne pour gérer vos dépenses, tels que Smart Receipts Plus. Emmanuel Freudenthal conseille d’utiliser des applications rappelant à vous et à vos clients les délais de facturation.

– Après avoir établi un budget pour vos activités d’indépendant, essayez de déterminer un montant en-dessous duquel vous refusez de travailler. 

– Explorez les bourses disponibles via des sites comme le Réseau international des journalistes et le Réseau internationale de journalisme d’investigation, où vous pourrez comparer vos projets aux critères des donateurs.  

– Faites une liste de vos idées d’enquêtes selon les bénéfices potentiels et l’urgence de leur réalisation, et revenez aux sujets moins urgents ou plus longs quand vos autres idées auront été écoulées.

– Reposez-vous pendant vos vacances, plutôt que de dédier ce temps à des tâches administratives ou à une tentative de reportage spontanée. Vous aurez besoin de recharger vos batteries pour les défis à venir.

– Utilisez les réseaux sociaux pour faire votre autopromotion,  même si cela peut sembler contraire à vos instincts de journaliste. Et assurez-vous que votre adresse e-mail et vos domaines de compétence sont bien en évidence sur votre site web. Passez en revue les projets déjà réalisés et la liste de vos contacts et voyez si vous pourriez vous positionner comme spécialiste d’un sujet donné.

– Proposez vos projets lorsque vous avez une idée claire de l’enquête à réaliser ou un « papier basique » sur lequel vous pourrez facilement vous rabattre, plutôt que d’attendre d’avoir dépensé vos ressources en temps et en argent pour réaliser le reportage dans son intégralité.

Méthodes pour maximiser vos gains

– Lisez et visionnez autant de médias que possible et familiarisez-vous avec leur ligne éditoriale et leur style.

– Évaluez s’il est possible de diviser votre enquête en plusieurs parties, chacune vendue individuellement. 

– Envisagez de réaliser des versions multimédias de votre enquête, sans vous laisser intimider par des formats dont vous êtes moins familier. Mettez en place des accords permanents avec des producteurs de radio et de télé pour faire des reportages sur le terrain, qui paient souvent jusqu’à 300 dollars pour deux minutes de conversation. 

– Essayez d’éviter les contrats où vous êtes payé au mot (ou au feuillet) si vous réalisez vos enquêtes sous format écrit, car une investigation peut ne pas porter ses fruits, prendre plus longtemps à vérifier ou encore être coupée par le rédacteur-en-chef. Essayez plutôt de négocier des contrats où vous êtes payé une allocation hebdomadaire ou mensuelle garantie le temps de vos recherches, suivie d’une prime de publication, non garantie quant à elle. Pour avoir gain de cause, vous pouvez renoncer à toute compensation financière dans le cas où le rédacteur en chef décide de ne pas publier l’enquête une fois bouclée, et indiquer qu’une clause de droit d’auteur modeste vous suffirait. Assurez-vous en tout cas que le contrat ne vous fasse pas assumer des coûts déraisonnables.

– Fixez-vous des délais stricts. Carolyn Thompson confie ainsi : « Je m’étais fixée [cette conférence] comme date butoir pour publier une enquête majeure, autrement je ne venais pas, voire même je remettais en question ma condition de pigiste. Et me voici devant vous ! »


Cet article a été traduit par Olivier Holmey.

Rowan Philp a été grand reporter au sein du Sunday Times sud-africain pendant 10 ans. Il a également été boursier au Washington Post et à l’université MIT. Rowan a effectué des reportages dans 27 pays. Il écrit régulièrement pour le Réseau international de journalisme d’investigation.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *